Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 23.1901

Page: 140
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1901/0146
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
140

LES FONCTIONNAIRES DU RÈGNE DE KHOUNATON

Muaru serait-il le nom sémitique signifiant « délégué » (cf. Lay., 33, 6, Sargon,
mu'âru gitpulu), ou même mûru, « fils »?

Le dieu NIN-NAR (?) a pu exister, d'après le nom propre (Man. D 14, 12),
New (?) (177) i-lum. On retrouve ce nom dans le deuxième cône d'Urukagina, 5, 1,
TUR'-PI {an) NIN-œ-^Çf-^ ni-na.

Notre légende se rendrait donc par :

UR-AT-KIN [an) NIN-DIN SIG-KUD

muâru de {an) NIN-NAR (?) (a voué ceci),

ou encore

UR-AT-KIN {an) NIN-DIN SIG-KUD
a fait (ceci) pour {an) NIN-NAR (?).

LES FONCTIONNAIRES DU REGNE DE KHOUNATON

(1383-1365 av. J.-C.)

PAR

Aug. Baillet

On s'est demandé ce que devinrent les fonctionnaires civils et religieux de l'Égyp,
quand Aménophis IV proscrivit le culte d'Ammon et quitta Thèbes, sa capitale, pour
en créer une autre à Khoutaton (aujourd'hui Tell el-Amarna et Haggi-Qandil). A cette
question il n'a pas été donné de réponse.

On peut bien imaginer que cette persécution fut restreinte au culte d'Ammon et
au changement de capitale, mais ne changea rien au gouvernement de l'Egypte. Comme
dans toutes les révolutions, le plus grand nombre des fonctionnaires accepta les ordres
du roi et fort peu d'entre eux durent se rebeller contre ses volontés3. Les monuments
de ce règne ne sont pas très nombreux et donnent peu de détails sur la biographie des
contemporains. A Tell el-Amarna, par exemple, les inscriptions sont exclusivement
consacrées â exalter le dieu Aton et ne nous renseignent que sur le mouvement reli-
gieux. Cependant j'ai relevé quelques documents sur la conduite des fonctionnaires de
cette époque troublée. On peut en conclure que la persécution du culte d'Ammon n'eut
pas lieu sans amener quelques résistances. Plusieurs textes, en effet, semblent y faire
allusion.

Auprès du roi, nous voyons les mêmes courtisans. Ràmos, qui vécut sous Amé-
nophis III et mourut sous Khounaton, se qualifie |1<cz=>j^ (Bouriant, Mêm. Caire,
t. I, p. 9); Nofer-x.oper-hr-sx.oper rappelle qu'« il a été appelé à la tête des grands »,
^ ""^fjVl1 C<3 C^ rï°nne ^e droit (( de se présenter devant l'être sacré

1. Signe KU, subâtu.

2. Cf. Maspero, Histoire ancienne des peuples d'Orient, t. ii, p. 324.

3. M. Maspero pense le contraire. Ibid., p. 317.
loading ...