Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 23.1901

Page: 133
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1901/0139
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
NOTES D'ÉPIGRAPHIE ET D'ARCHÉOLOGIE ASSYRIENNES

133

CLXXXV. — Le nom du personnage dont la tombe a été découverte à Biban el-
Molouk par M. Loret présente de singulières variantes. Ordinairement il est ortho-
graphié 5^^J^( j\ 5r7k^ JÏLJ ^e papyrus fournit la lecture J!?'^^l ^ 0 ( , .

A deux reprises, le même papyrus introduit un o abusif : 5r?V ( T , 5rïk| xph
dont la non-existence réelle est démontrée par les variantes données par un des cer-
cueils : 5rïk ^ ( {, 5ok ^ ^ • Ce personnage qui porte les titres de rf^ê- et
□ était contemporain de la reine Hatchepsu.

CLXXXV1. — Au Musée de Gizèh existe un cercueil en très mauvais état, pro-
venant de Gournah, de même style que les sarcophages des prêtres de Mentou, ce
qui le date des XXV°-XXVIe dynasties, intéressant par les noms qu'il porte, d'un
emploi peu commun. La généalogie est donnée ainsi : ^ —*— ( "î^^

3 ■<s=~ ^tk □

S 1^ ,__, a^aj- , une autre fois

-wwv>

de M. Lieblein contient les noms

. Le Dictionnaire

^J^'^^^' analogues au

premier; le second nom, avec variante S K\ /wvwv r > ne s est Pas encore ren-

^ . _û^> j\ ===== il , a

contré; le troisième n'est pas égyptien, il est à rapprocher des noms hébreux n^bu? ou

NOTES D'ÉPIGRAPHIE ET D'ARCHÉOLOGIE ASSYRIENNES

PAU

V. SCHEIL, O. P.

LIX. Kurigahu, roi d'Ur. — Je possède un fragment de statue en dolérite, qui,
à la manière d'une des statues de Gudêa, porte le cartouche suivant :



f>ÏHf g- ta

r





C'est-à-dire :
Ku-ri-gal-zu

LU G AL SIS-AB-KI-MA

« Kurigalzu, roi d'Ur. » Plusieurs de nos savants voudront découvrir ici un nou-
veau Kurigahu et un nouveau roi d'Ur. Chaque formule nouvelle, qui ne s'harmonise
pas, d'après leurs conceptions, avec ce que nous savons de tel ou tel prince, nécessite
l'invention d'un homonyme. Nous avons déjà plusieurs Dungi, plusieurs Bur-Sin,
plusieurs Gudêa, et la question de la multiplication des Manistusu et Mesalim est
amorcée.
loading ...