Revue égyptologique — 6.1891

Page: 96
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1891/0110
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
96

Eugène Revillout.

Le bi d'Apis Osiris Horut'a(?); fils d'Hapi- Le bi d'Apis Osiris Arheb(?), fils d'Hapi-
menh; fait par la dame Tatuosor. menh, dont la mère est Tatuosor.

Le bi d'Apis Osiris Hapii, fils d'Hapirnenh, Le bi d'Apis Osiris Hapii,, fils d'Hapirnenh,
né de la dame Tatuosor. né de Tatuosor.

Le bi d'Apis Osiris Imhotep, fils d'Hapi- Le bi d'Apis Osiris Imhotep, fils d'Hapi-
rnenh, fait par la dame Tatuosor. menh, mère Tatuosor.

Le bi d'Apis Osiris Pheb, fils d'Hapirnenh, Le bi d'Apis Osiris, setem d'Apis vivant,
fait par la dame Tatuosor. Ph'ab, fils d'Hapiinenh, dont la mère est Ta-

tuosor.

Le reste de la stèle, qu'on trouvera aux plauches, est seulement démotique et énumère
trois frères plus jeunes de la même famille, ajoutés sans doute après coup : c'est 1° le bi
d'Apis Osiris Djihapiininoou, fils d'Hapimenh; enfanté (J, — mes) par Tatuosor; 2° le bi
d'Apis Osiris Petinebnehi, fils d'Hapimenb; enfanté (mes) par Tatuosor; 3° le bi d'Apis Osiris
An/einhotep, fils d'Hapirnenh, enfanté par Tatuosor.

La stèle se termine par la phrase : «Ces écrits sont établis devant Apis Osiris, le
dieu vivant à jamais. Il fera une bonne chose, celui qui lira ces écrits de bonne parole.
Ecrit l'an 15 de l'Apis, né de Tanen, dans le sanctuaire d'Apis.»1

Mais le principal intérêt de cette stèle c'est la nouvelle valeur du nom divin "^J,
à propos duquel j'ai écrit la lettre suivante à mon ami Rylands, secrétaire de la Société d'Ar-
chéologie, fondée par mon très cher maître et ami bien dévoué le Dr Birch :

Mon cher ami Monsieur Rylands

D'après les Proceedings de juin, qui me sont arrivés aujourd'hui même, un égyptologue
qui prodigue de F « admiration »2 et des «illustre Maître»3 à tous les collègues qu'il attaque
après comme avant4 avec le pins de rage, vient d'écrire au savant président de la Société

1 Le lieu mentionné dans la dernière ligne n'est pas celui de la manifestation de l'Apis. Car l'Apis
né de Tanen ou h v\ jv a été manifesté ou découvert en Thébaïde en l'an 12 de Philopator. C'est

plutôt la désignation du lieu où la stèle a été gravée.

2 C'est l'expression même dont il se servait à mon égard. Voir Réponse à la critique, p. 1.

3 Voir ilid.

4 M. Lepage Renoue, touché d'une expression adinirative, devrait pourtant en savoir quelque chose.
Le ton était autre quand M. Lepage Renouf faisait distribuer en épreuves aux membres de la société d'Ar-
chéologie biblique assistant à une séance où je me trouvais un article sous forme de lettre peu bienveillant
pour le dit Brugsch — article corrigé depuis cette séance, qui eut lieu le 7 novembre 1882 — et quand le
dit Brugsch, m'ayant eu pour seul défenseur et ayant reçu de moi l'épreuve distribuée, m'écrivait à cette
occasion, le 15 novembre 1882, une lettre commençant ainsi : «Très cher ami et collègue! Mille merci
de la nouvelle preuve de votre amitié et de votre justice que vous avez bien voulu rendre à celui qui a
si peu d'amis dans ce pauvre monde. La lettre de M. Lepage Eenouf est on ne saurait plus impolie et
blessante. J'ai réfléchi avant d'expédier ma réponse à M. Rylands qui, j'espère, me rendra ce petit service
de lui accorder une place dans le procès-verbal de la prochaine séance. Dois-je retourner la fameuse lettre
de M. Lepage Renouf à M. Rylands? Je n'y tiens pas trop, etc.» Bien entendu, comme dans toutes ses
lettres, si nombreuses, de cette longue période, l'admiration pour moi, pour mes travaux, pour mes dé-
couvertes, ne manquait pas d'être exprimée ici. Brugsch, qui avait tant « admiré » mes précédents ouvrages,
s'y déclarait à la fois charmé et surpris de l'étendue de mes nouvelles découvertes et il me disait dans
cette même lettre du 15 novembre 1882 : «J'ai reçu par les bontés de M. Leroux trois exemplaires de
la Revue et je vous remercie cordialement de ce cadeau. Ainsi que je l'ai écrit dans une de mes der-
nières lettres cette livraison m'a étonné et charmé au plus haut degré. C'est un ouvrage plein de nouvelles
découvertes, de la plus haute importance, qui font marcher la science de (à) pas gigantesques» etc. etc.
loading ...