Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 22.1899

Page: 390
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_2/0411
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHARDIN ET SES ŒUVRES

A POTSDAM ET A STOCKHOLM

(troisième et dernier article 1 )

Silvestre, l'élève de Joseph Parrocel, n’est pas le seul artiste
qui ait possédé des œuvres de Chardin. Les noms de Roettiers, le
médailleur2, de Germain, du sculpteur Lemoyne 3, du portraitiste
Aved, qui possédaient « plusieurs » œuvres de Chardin, figurent
sur la liste des propriétaires des œuvres exposées aux Salons
annuels ; mais Silvestre, le maître de dessin du roi et des Enfants
de France, semble s’être fréquemment porté acquéreur, peut-être

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 3e pér., t. XXII, p. 177 et 333. Une erreur
typographique, survenue dans la note de la page 342, a dénaturé le nom de M. Marc
Furcy-Raynaud, auteur des notes sur Chardin que notre Chronique publiait
récemment.

2. Jacques Roettiers, neveu de Norbert et cousin de Charles-Joseph Roettiers,
était aussi orfèvre ordinaire de la Couronne. Il eut en sa possession de nom-
breuses œuvres d’Oudry (Salon de 1732 ; Mémoires inédits, t. II, p. 293).

3. Le Singe peintre de la galerie Lacaze. Gravé par Surugue fils. Il en existe
une réplique dans la collection de feu la baronne Nathaniel de Rothschild,
collection où se trouve L'Aveugle. Exposé au Salon de 1753.
loading ...