Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 22.1899

Page: 353
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_2/0373
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile

A PROPOS

DE

QUELQUES GRANDES ŒUVRES DISPARUES

DE

CHARLES LE BRUN

I

Infatigable praticien, metteur en scène de premier
ordre, Le Brun eut une puissance de travail que nul n’a
dépassée. Les personnages de ses innombrables tableaux
suffiraient à peupler une grande cité ; la liste, sans com-
mentaires, de ce qu’il fit exécuter aux Gobelins pendant
les vingt-sept années de sa domination, en œuvres de
tout ordre et de toute sorte, remplirait un volume. Il
eut des défauts, assurément. Qui échappe à cette fatalité?
Mais ce furent ceux de son époque d’apparat et d’orgueil.
En définitive, gardons-nous de l’oublier : les immenses
ressources dont son active intelligence disposa, le senti-
ment de la force qui le poussait aux entreprises les plus
vastes et les plus diverses, en faisant sa gloire, étendirent
partout la suprématie incontestée de la France dans les arts.

Des témoignages de cette fécondité étonnante sub-
sistent. L’hôtel Lambert, le château de Vaux-le-Vicomte, la
galerie d’Apollon, l’énorme galerie de Versailles, ont gardé
leur décor, et le Louvre conserve les Batailles d'Alexandre,

XXII. — 3° PÉRIODE.

45
loading ...