Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 22.1899

Page: 171
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_2/0183
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

LES MAJOLIQUES DE FAENZA AU XV* SIÈCLE L

s l’important ouvrage qu’il vient de publier sur les
majoliques de Faenza, M. Argnani a repris et déve-
loppé le livre qu’il leur avait déjà consacré en 1889,
mais en s’attachant plus spécialement à la pre-
mière période de la fabrication faentine, au xve siècle.
Son travail est divisé en trois parties très distinctes :
d’abord un catalogue des pièces de Faenza conser-
vées dans les collections publiques et privées de
Fltalie ; ensuite la description des pièces repro-
duites dans l’album ; enfin, une suite de documents,
réunis pour la plupart par M. Malagola, qui avait
eu l’intention de s’en servir pour faire une seconde édition de ses Mcmorie storiche
sulle maioliche di Faenza.

En tête de son livre, M. Argnani a placé une introduction dans laquelle il a
résumé ses théories sur l’histoire de la céramique italienne. Il a bien compris
que le développement delà fabrication des majoliques en Italie au quinzième
siècle lient à des causes très diverses. L’une des plus importantes, d’après lui,
serait l’influence des produits étrangers, et'il remarque avec raison que le décor
de certaines faïences italiennes de cette époque dérive de modèles orientaux.
Mais il ne faudrait pas chercher ces modèles parmi les porcelaines chinoises et
japonaises, ni dire que les céramistes italiens ont été séduits par « Vabbagliante
splendore delle maioliche persianc ». Ainsi présentée, en effet, la théorie de
l’influence orientale nous paraîtrait absolument inadmissible. Ce ne sont pas les

1. F. Argnani, Il Rinascimento clelle ceramiche maiolicate in Faenza. Faenza, Mon-
tanari, 1898, in-4°, 327 pages, et album in-4° de 40 planches.
loading ...