Revue égyptologique — 3.1883

Page: 140
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1883/0180
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
140

Eugène et Victor Kevillout.

Telles sont les principales données que j'ai recueillies sur la location proprement égyp-
tienne. M. Blass m'a signalé aussi une location grecque d'Egypte copiée par lui à Berlin.
Mais cette location paraît postérieure aux Lagides.

COMPTES DU SÉEAPÉUM.

Nous allons donner le texte grec d'un papyrus du Louvre, peu exactement reproduit
dans l'édition académique sous le n° 56.

Ce texte comprend trois colonnes, qui se trouvent mélangées dans cette publication, mais
sont bien distinctes sur l'original. Elles ont été écrites sur le revers et sur la partie la plus
usée, près du bord droit, d'une bande de papyrus, dont l'autre face avait servi à transcrire
des maximes morales en langue démotique. Déjà antérieurement le papyrus, dont fut détachée
cette bande, avait été utilisé pour la confection d'un ancien acte démotique, ainsi que le
prouvent les 8 derniers noms d'une liste de 16 témoins, qu'on aperçoit encore vers le milieu,
en haut du revers, du même côté que les trois colonnes de grec.

Revenons en à celles-ci. Elles nous donnent l'actif et le passif de la gestion d'affaires
dont Apollonius, fils de Olaucias, frère du macédonien Ptolémée, le pieux reclus du Sérapéum
de Memphis, avait été chargé par celui-ci pendant une période déterminée. Nous allons voir
qu'un autre document, le papyrus S de Leydc, nous permettra de préciser les dates. En effet
c'est bien le même compte en partie double qui se trouve dans ces deux papyrus. Mais,
dans celui de Leyde ce compte a été dressé par Apollonius, et dans celui du Louvre, par
Ptolémée lui-même, qui à la date du 1er Payni faisait établir la balance et calculer le reli-
quat des sommes versées à son frère. Les écritures et les orthographes sont très différentes.

Ptolémée, qui écrivait beaucoup et qui recommençait souvent à plusieurs reprises le
brouillon des pétitions qu'il adressait aux souverains ou aux fonctionnaires, tâchait de ménager
le plus possible du revers blanc de ce papyrus, lequel, du côté droit, avait déjà beaucoup souffert.
11 commença donc par inscrire, dans une colonne très étroite, de ce côté, tout à fait au bord,
malgré les trous et les lacunes qui alors déjà existaient à ce niveau, le détail complet des
dépenses faites en son nom par Apollonius. Ici les dépenses sont groupées, non suivant les
époques, mais suivant les espèces : d'abord les achats de papyrus, puis les achats de blé,
puis une somme versée à Taloutis, le marchand de blé, et qui lui était sans doute due sur
un compte antérieur. Pour le calcul, la méthode est la même que dans le papyrus Sakkinis :
d'abord des additions et sommations partielles, puis, en remontant de bas en haut, la tota-
lisation, partielle, puis générale, des produits ainsi obtenus.

Mais il y eut plus d'une erreur.

Certains chiffres ont été surchargés ou corrigés autrement : celui de la somme payée
pour deux artabes de blé, qui, d'abord de 560, est devenue de 580 par la substitution d^un
fi à un Z; celui du versement à Taloutis, marqué d'abord de deux cent quarante drachmes,
porté ensuite à deux cent quarante-cinq par l'intercalation d'un E dans l'interligne, et enfin
à deux cent cinquante tant par la transformation du M primitif en N que par la répétition
de la mention V CN à la ligne suivante.
loading ...