Revue égyptologique — 3.1883

Page: 148
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1883/0188
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
148

Eugène Revillout. — Bibliographie.

eût tout le prestige nécessaire. Par semblable raison tous les candidats s'étaient autrefois retirés devant
Mariette-Pacha.

BIBLIOGEAPHIE.

Nous ne pouvons indiquer aujourd'hui qu'une faible partie des livres reçus par nous. Signalons
d'abord le beau Guide au Musée de Boulaq, publié par M. Maspero; le premier numéro de la Revue d'Assy-
riologie de MM. Oppert et Ledrain, revue à laquelle nous souhaitons tout le succès possible-, les Monumenti
egiziani del campo Marzio de notre cher collègue et ami Schiaparelli, un très intéressant travail sur les pyra-
mides et plusieurs autres brochures du même auteur • L'Ethiopie au temps de Tibère et Die dgyptische Kunst
du docteur Alfred Wiedemann; Les actes du congrès des orientalistes de Leyde; Les papyrus du Lac Mœris
et du labyrinthe, par le docteur Pleyte- les ouvrages intitulés : Skizze der altcigyptischen TMeratur, von
Dr. Alfred Lincke; Transcrizione di un codice copto, del prof. Francesco Rossi; Die Unterweisung des K'ônigs
Amenemhat Ier, du comte de Schack-Schackenbourg; Aegypiische Lesestiicke ("2e partie), par le docteur Oscar
de Lemm; Die agyptischen L'dngenmasse^ du regretté professeur Lepsius; un autre travail très important du
même maître sur les mesures de longueur égyptiennes et grecques : Die Liingenmasse der Alten; un très
bon travail sur la géométrie de l'ancienne Egypte publié dans les recueils de l'Académie des sciences de
Vienne par M. le Dr. Wetb, membre de cette académie. M. Weyr, parfaitement au courant de toutes les
récentes découvertes de l'égyptologie, y résume avec la plus grande netteté ce qui est actuellement connu
sur cette branche de la science antique. Nous sommes heureux de constater que ce savant approuve expressé-
ment et adopte pleinement notre manière de voir sur les calculs du papyrus mathématique se rapportant à
la construction des pyramides, etc. : La coudée égyptienne, par M. Rodenbach de Bruxelles; divers autres
travaux métrologiques dans lesquels MM. Bortolotti et Aurès développent leurs essais précédents. Ce sont
de bons mathématiciens. Mais j'ai déjà protesté et je protesterai toujours contre la méthode qui consisterait
à vouloir corriger d'après l'idéal mathématique ce qui est fourni positivement par les documents contem-
porains. Parmi les travaux qui demandent une sérieuse étude au point de vue égyptologique, étude que
le défaut d'espace nous force de remettre à plus tard, nous mentionnerons encore : Les notes sur une collec-
tion égyptienne, par M. le vicomte Jacques de Rougk; Der geschnitzte Holzsarg des Hatbastru, par notre cher
ami M. le professeur Ebers, livre sur lequel nous reviendrons. Nous reviendrons également sur diverses publi-
cations des docteurs Krall et Lagarde , mais d'une toute autre manière. Et d'abord M. Lagarde ne pouvait
ignorer en publiant les Aegyptiaca qu'il reproduisait plusieurs des textes publiés par moi, puisque je les lui
ai remis en mains propres dans mon cabinet, quand, il y a plusieurs années, il est venu m'apporter quelques
opuscules et m'inonder de ses éloges. Lors donc qu'il les réimprime avec quelques variantes, que j'appré-
cierai, sans indiquer ce fait, il commet un plagiat volontaire. Quant à Krall, pour lequel j'ai été si bon
et auquel j'ai donné des leçons privées gratuites pendant un an à ses ferventes prières, ses plagiats ne
se comptent plus. Mais il a de plus osé faire une attaque, inconcevable d'ignorance, contre une de mes
traductions démotiques qu'il n'est pas seulement de force à comprendre et à suivre sur le texte, malgré
mes transcriptions, mes références hiéroglyphiques, coptes, lexicographiques, etc. Je n'ai qu'à renvoyer
d'ailleurs à ce que je dis à ce sujet, p. 93 et suivantes, dans mon volume qui paraît en ce moment même à
la librairie Leroux et qui est intitulé : «Le poème satyrique composé à l'occasion de la maladie du poète
musicien hérault d'insurrection Hor Ut'a (Apucoôr);), cours professé à l'école du Louvre pendant l'année
1883—1884. »

L'Éditeur Ernest Leroux, Propriétaire-Gérant.
loading ...