Revue égyptologique — 3.1883

Page: 17
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1883/0033
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Récits de Dioscoee.

17

EÉCITS DE DIOSCOEE

exilé a gangees

SUR LE CONCILE DE CHALCÉDOINE.
Second eécit.

Arrivée à Constantinople. Conférence doctrinale tenue devant T empereur.

Expulsion de Macaire.

(Suite1.)

Le lieu de réunion des évêques était, comme lors du concile d'Ephèse et du conciliabule,
près de l'empereur, à Constantinople. C'est de ce côté qu'on se dirigea d'abord2.

L'empereur voulait tenter d'apaiser les esprits et d'éviter un concile proprement dit,
en faisant souscrire h tous les prélats la lettre de S* Léon. C'était le conseil que le pape
lui-même lui avait donné; car il craignait la réunion d'un synode dans cet Orient où Dioscore
jouissait depuis plusieurs années d'une puissance presque absolue. Il était à craindre, en
effet, que les évêques, qui avaient souscrit en masse au conciliabule d'Ephèse, refusassent de
revenir publiquement sur leur décision. Le mieux était de lés amener seulement en parti-
culier, à consentir à la définition si admirablement orthodoxe de S* Léon, et même, s'il était
possible, d'y faire souscrire Dioscore en personne. C'est pour cela que l'empereur, se débar-
rassant de l'entourage du prélat égyptien, avait mandé l'archevêque seul. S'il se soumettait,
tout était bien. Si non, on tenterait les chances d'une lutte : et Marcien, au besoin, déposerait
et exilerait Dioscore.

Remarquons que cette coutume de conférences tenues en présence du souverain, et
précédant les conciles généraux, était, depuis le temps de Constantin, tout-à-fait traditionnelle
dans l'empire romain. S1 Athanase et S* Cyrille avaient été obligés de s'y soumettre et on les
avait d'abord confrontés ainsi avec leurs adversaires. Dans un autre travail nous verrons
encore le même fait se produire du temps de Justinien avant la réunion du cinquième concile
général. Nous possédons encore en grec dans la grande collection des conciles les actes de
la conférence tenue alors par l'empereur avec les sévériens, et, en copte, ceux d'une assemblée
du même genre à laquelle assistaient les égyptiens jacobites. Le document que nous rappor-
tons a ceci de très précieux que, seul, il nous renseigne sur la conférence qu'avait présidée
Marcien, et dont le peu de succès nécessita complètement la tenue du concile de Chalcédoine.

Dioscore poursuit donc en ces termes :

toi çicoTq. e^qepoTTfo n-x.e neTpoc niîx.i&R(oti Tie2s.ô.q ïid^q ste dvÊÊa. •m.s.Ra.pi e^pi^popm nocuioÊtoc
tTTMKOTT ace tiçjïTV. eepe\.Tïô.m-evti enoirpo. hcîscc iriAve^K^pioc ïuvq sce n&.ujKpi ttç_ht AvirOTpo

COOTÊ llA.I^ÊCOe 6tt01 OIWT KO^«hÊA. ttSUOÊ tlCOTI. »^Çj\" £pOI HA.UJnpi 2cx ÊrtC OTTOUTHI UOjMlRÊ-

1 Voir Bévue 1880, p. 187, 1881, p. 21. ■

2 Chalcédoine est, du reste, très près de Constantinople.

8
loading ...