Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1910

Page: 188
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1910/0216
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 188 —

presque à elle seule l’excédent de nos recettes; de plus,
nos recettes normales seront tout juste suffisantes pour
faire face aux dépenses courantes et équilibrer notre bud-
get. Aussi, à mon humble avis, une sage prudence doit
nous faire une loi de ne pas entamer dans le moment
présent de nouvelles publications, les travaux en cours
d’exécution suffisent pour attester l’activité féconde de
notre Société.

%

Jules-Robert Auguste1 (Monsieur Auguste).

(Communication de M. Charles Saunier.)

On voit, dans les combles du Musée d’Orléans, treize
pastels de grand caractère et riches de couleur représen-
tant des types d’Orient, des assemblées de belles filles
nues, un chevalier bardé de fer, des variations d’après la
Bataille de Nazareth, de Gros. Le tout d’un accent
romantique très parent des recherches de Delacroix.
Entourés de bordures pauvres, certains de ces pastels
portent le nom d’AuGusTE.

On ne trouve la biographie de cet artiste dans aucun
dictionnaire. Cependant, son nom n’est point inconnu de
ceux qui ont lu le Journal et la Correspondance de Dela-
croix, la notice sur Mérimée de Maurice Tourneux et
surtout les Peintres et statuaires romantiques d'Ernest
Chesneau. Ce dernier écrivain situe même sa physiono-
mie avec un singulier relief. Mais, en ces livres, Auguste
passe sans une date, sans un fait biographique précis.

Essayons de combler cette lacune.

i. Une étude plus développée sur cet artiste est en cours de
publication dans la Galette des beaux-arts (n° de juin iqio et
mois suivants). La vie d’Auguste a pu être reconstituée grâce
aux indications qui m’ont été obligeamment fournies par
MM. Pavy, Andriveau, Schaeffer et Pelletier, dont le cabinet
généalogique est si riche, puis par les documents que j’ai pu
consulter dans des archives notariales, aux archives de la Seine,
à l’Institut; grâce aussi à quelques notes laissées par Ph. Burty
et que Leur possesseur actuel, mon ami Maurice Tourneux, a
bien voulu mettre à ma disposition. '
loading ...