Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1910

Page: 338
DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1910/0372
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 338 —

Permettez aussi, citoyens, que je vous propose quelques
réflexions sur la. fontaine de la rue de Grenelle, qui est du
même auteur. Je crois qu’il y a des réparations urgentes à
faire, mais peu dispendieuses. On a été forcé de détruire dans
les cartels les armes insignifiantes de la Ville, on a enlevé les
têtes qui servaient à jeter l’eau, qu’on appelle ordinairement
mascarons. Ces têtes, qui étaient de cuivre, sont devenues
utiles dans les circonstances actuelles. Cependant, l’ensemble
de la fontaine perd beaucoup par cette dégradation qui est
facile à réparer. Les moules des têtes des mascarons sont dans
le magasin de sculpture du citoyen Barthélemy. On pourrait
s’en servir pour y pousser des terres, ou les faire en bois sus-
ceptible d’être imprégné d’une couleur de bronze qui pour-
rait résister aux injures de l’air et produirait à l’œil le même
effet que celles qui y étaient. On peut suppléer aux armes de
la Ville qui étaient adaptées aux cartels par des attributs qui
aient rapport à la République. Si en même temps on veut
donner toute la fraîcheur que mérite ce monument, on pour-
rait faire nettoyer et enlever les noirs trop forcés que le séjour
de l’eau et de la poussière ont occasionné, et ce monument
reprendrait toute sa.valeur et procurerait à la capitale un nou-
veau lustre et fixerait l’attention des étrangers.

A Paris, décadi 3o ventôse, l’an 2 de la République, une et
indivisible.

(Archives nationales, F17 1264.)

Il n’est pas sans intérêt, puisque nous avons l’occasion
de parler du sculpteur Chardin, d’indiquer la date exacte
de son décès, jusqu’ici inconnue, que nous trouvons
parmi les documents manuscrits de la bibliothèque d’art
et d’archéologie de M. Doucet et dont nous devons la
communication à l’obligeance de M. Vuaflart.

Juste-Sébastien Chardin décéda, rue des Noyers, le
28 juillet 1808, âgé de soixante-douze ans.

Les Musées de province et leurs collections.

(Communication de M. P. Vitry.)

M. P. Vitry entretient la Société de diverses questions
relatives aux Musées de provinces, notamment des enquêtes
et travaux possibles et nécessaires au sujet de leur forma-
tion et de l’état actuel de leurs collections.
loading ...