Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 1910

Page: 194
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bshaf1910/0222
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— 194 —

Un pastel du Musée d’Amsterdam.

(Communication de M. Paul Ratouis de Limay.)

Ce pastel, — un portrait de jeune femme, — qui se
trouve au Rijks-Museum d’Amsterdam, m’a été signalé
dernièrement par M. van Riemsdyk, l’érudit et très obli-
geant conservateur de ce Musée. Il fut acheté en 1900 par
le Rijks-Museum à une vente où il passa sous une attri-
bution à la Rosalba, attribution assez peu vraisemblable,
et qui ne pouvait être maintenue. En effet, M. van Riems-
dyk découvrait récemment, crayonnée au revers du
pastel, cette mention qui semble de la main de l’artiste
même :

Peint par Madelaine Basseporte, 1727.

L’acte de baptême de Mlle Basseporte et les notes biogra-
phiques jointes à son brevet ont été publiés en 1878 dans le
Bulletin de notre Société. Née à Paris en 1701, Magdelaine-
Françoise Basseporte fut élève d’abord de Robert (de
Sery)1, peintre du cardinal de Rohan, ensuite d’Aubryet.
Comme les autres élèves de Robert, elle fut admise à
étudier dans l’hôtel de Rohan et à copier les tableaux qui
s’y trouvaient. En 1734, elle obtint, en survivance, la
place de peintre des plantes du Jardin du Roi, en rempla-
cement d’Aubryet, et fut appelée ainsi à continuer cette
remarquable collection de plantes peintes sur vélin, com-
mencée pour Gaston, duc d’Orléans, frère de Louis XIII,
et conservée aujourd’hui à la bibliothèque du Muséum d’his-
toire naturelle. Elle donna des leçons de dessin aux filles
de Louis XV et mourut en 1780. Ses peintures, rapportent
ses biographes, étaient également admirées du peintre et
du naturaliste, et Jean-Jacques Rousseau disait que « la
nature donnait l’existence aux plantes, mais que M1Ie Bas-
seporte la leur conservait ».

Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale
possède un des recueils de plantes peintes sur vélin qui

1. Sur Paul-Ponce-Antoine Robert (de Sery), voir l’intéres-
sante monographie publiée en 1907 par M. Henri Bourin; il y
est fréquemment question de Mlle Basseporte.
loading ...