Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 22.1899

Seite: 37
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_2/0043
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LES SALONS DE 1899

(troisième article1)

PEINTURE

ru RE LA SYMBOLIQUE NOUVELLE

'artiste qui perçoit nettement le carac-
tère d’un site, d’une saison, d'une
heure, cl qui s’en émeut, est porté
à concentrer cctlc émotion sur le
vivant miroir qu’est un visage
humain. Ainsi, il la redouble.
Comme certains yeux n’ont toute
leur beauté que devant la mer, la
mer elle-même se complète de leur
lueur claire. Les quais de Bruges
appellent un ovale particulier de
figure féminine, avec bandeaux d’or pâle et longue coiffe. Venise
attend, surtout aux ardeurs de la fin du jour, de belles épaules d’une
souple chair et des torsades de cheveux lourds. Que celte vision y
apparaisse : aussitôt le décor du ciel, des marbres, des vieux ors, de
la lagune, n’en sera plus que la parure, en même temps que toutes
ces richesses et ces mélancolies auront comme fait, jaillir du milieu
d’elles la forme humaine qui leur donne un sens.

Les mêmes associations d’images qui enfantèrent la mythologie
se retrouvent dans cette appropriation des figures vivantes aux
1. V. Gazette des Beaux-Arts, 3e pér., t. XXI, p. 441.
loading ...