Revue égyptologique — 3.1883

Page: 102
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1883/0142
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
102

Eugène Revillout.

soldats. On lui attribuait l'organisation et la division définitive des 36 nomes de l'Egypte,
à la tête de chacun desquels il mit un préfet chargé de gouverner et de recueillir les impôts
royaux. Cette mention vient deux fois dans Diodore (I, liv et lxxiii) et la seconde fois le
texte joint à cette organisation des nomes celle de toute la terre d'Égyptel, partagée entre les
prêtres qui sont représentés comme les plus anciens possesseurs de leur sol, (à cause de
l'origine théocratique des institutions égyptiennes,) le roi qui prend part avec eux d'abord comme
dans la Genèse, et les guerriers qui viennent en dernier lieu. Il semble, en effet, que cette
double réforme, politique et économique, a dû être faite parallèlement. L'indication même
des guerriers le prouve; car, selon le paragraphe 54, Sesostris réserva une bonne partie des
champs d'Egypte à la caste militaire quand il la constitua définitivement, en fixa le con-
tingent à 620,000 piétons et 24,000 cavaliers, leur désigna 1,700 chefs. C'est pour cela que
dans le paragraphe 94 ( liv. Ier), relatif aux législateurs, Diodore insiste surtout sur les lois données
par Sésostris à l'ordre militaire. C'était en effet son organisation la plus personnelle, si l'on
admet une division bipartite du sol, contemporaine de Joseph, Le roi national n'aurait ainsi
fait que suivre l'exemple fourni par un cruel oppresseur étranger, mais en ajoutant à sa
réforme tout un nouveau chapitre pour faciliter désormais non seulement la défense de la
patrie, mais les glorieuses guerres d'envahissement qu'il allait entreprendre.

Ces données de l'historien sont du reste confirmées expressément par le poème officiel
de Pentaour que Eamsès II lit graver sur les murs du temple de Karnak, etc. Les reproches
que le roi adresse à. ses guerriers, qui s'étaient mal comportés dans une des batailles qu'il
livra contre les Chétas, rappellent les faits dont parle Diodore : «Voici que sa Majesté appela
ses soldats, avec sa cavalerie, et également ses chefs qui n'ont pas combattu. Le roi leur
dit : Votre cœur s'est affaibli, ô mes cavaliers! et mon cœur à moi commence à ne pas se
remplir de vous tous. Cependant, il n'est pas un seul d'entre vous à qui je n'aie fait un sort
heureux dans ma terre. Si je ne m'étais pas tenu debout comme seigneur, vous étiez à l'état
de misérables. Je vous ai faits grands dans mes biens, chaque jour. Je mets le fils sur les
choses de son père. S'il vient un malheur (une année mauvaise) quelconque dans le pays,
je vous laisse quelque chose de vos services. Est-ce que (dans ce cas) je ne vous donne pas
d'autres choses que celles qui vous ont été enlevées? Quiconque (de vous) vient me prier par
des requêtes, je le protège par moi-même chaque jour. Il n'y a pas de seigneur faisant pour
ses soldats ce que (Ma) Majesté a fait pour vous. Je vous ai fait demeurer dans vos demeures
et dans vos villes. Et l'ordre (de départ) n'a pas été donné par le capitaine, et mes cava-
liers de même ont agi. Je vous ai donné la route vers vos villes afin que je vous trouve
tous ensemble au jour et à l'heure de marcher au combat; or, voyez, vous avez fait une
action lâche ensemble! pas un d'entre vous ne s'est levé pour me prêter la main!» Ainsi
Ramsôs avait donné en héritage perpétuel certains biens (de son domaine) aux soldats, dans
leurs villes, avec des points en concentration en cas de guerre. C'est toute l'organisation dé-
crite par Diodore. Notons que Pentaour parle aussi du droit de pétition directe au roi accordé
aux membres de la caste militaire. Ce droit, nous le voyons encore exercé par les soldats
comme par les prêtres a l'époque lagide. Quant à la division des terres en terre sacrée (ispa

1 Hérodote, de son côté, raconte qu'à cette occasion Sésostris établit l'arpentage général des terres
et leur division en aroures, etc.
loading ...