Revue égyptologique — 3.1883

Seite: 193
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1883/0245
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
Bibliographie.

193

«Tu as donné, et mon cœur en est satisfait, l'argent pour faire à toi serviteur le jeune
» homme Psen ... fils de Thotmès, dont la mère est Seteirban, mon serviteur, que j'ai acheté
» pour argent d'Ahmès, fils de Pamin, dont la mère est ... . qui m'a écrit à ce sujet un écrit en
»l'an 5, Pharmouthi, du roi Darius. Je te l'ai donné pour serviteur. Lui, (il est à toi) ton servi-
» teur celui-là, ainsi que ses enfants et totalité de ce qui est à eux et de ce qu'ils feront être (de
» leurs biens présents et à venir). Ils ne pourront échapper à la faction d'esclave ci-dessus. Je
»n'ai plus aucune parole au monde (aucune réclamation à faire) à ce sujet. Personne au monde
» n'a à en connaître. C'est moi-même qui les écarterai (les tiers évicteurs) de toi depuis le jour
» ci-dessus à jamais. Celui qui viendra à toi, soit en mon nom, soit au nom de quiconque au
» monde, je le ferai s'éloigner de toi. Que j'en justifie par tout acte, toute parole au monde.»

Adhésion.

«Le jeune homme Psen . . ., fils de Thotmès et dont la mère est Seteirban, ci-dessus
» nommé, dit :

« J'ai écrit pour faire toute parole ci - dessus. Mon cœur en est satisfait. Je suis ton
* serviteur ainsi que mes enfants et totalité de ce qui est à nous et de ce que nous ferons
» être. Ils ne pourront s'opposer à la faction d'esclave ci-dessus à jamais!»

(La suite au prochain1 numéro.)

BIBLIOGKAPÏÏIE.

Nous avons à signaler parmi les travaux proprement égyptologiques reçus par nous :

1° un très beau travail, fort bien illustré, de notre cher ami, M. le professeur Eeman (de Berlin) sur
l'Egypte antique. Il en a déjà paru trois fascicules.

2° la partie égyptologique du 6e congrès international des Orientalistes tenu à Leide et comprenant
les travaux : a), de M. Pleyte sur la couronne de justification, les plantes qui la composaient et les textes
sacrés s'y rapportant; h) de M. Eisenlohr sur la photographie des papyrus et monuments; c) de M. Lieblein
sur la religion de l'ancienne Egypte; d) de M. Golenischeff sur l'origine alphabétique de certains hiéroglyphes;
èj de M. Leemans sur un hypocéphale égyptien; f) de M. Wiedemann sur les cônes funéraires égyptiens;
g) de Miss Amélia Edwards sur la dispersion des antiquités égyptiennes; h) de M. Léfébure sur quelques
fouilles et déblayements à faire dans la Vallée des Kois à Thèbes; i) de M. Piehl sur l'origine des colonnes
de la salle des caryatides du temple de Karnak, et j) de M. le professeur Eisenlohr (de Heidelberg) sur les
textes relatifs à la métrologie des champs à Edfou (cette monographie a été tirée à part et sera bientôt
analysée par nous). Après cela viennent différents travaux des sections de l'extrême Orient et de la Polynésie
qui intéresseraient peu nos lecteurs. Au contraire, nous leur rendrons compte, aussitôt après que nous
aurons reçu le volume s'y rapportant, des études assyriologiques du congrès — fort intéressantes, paraît-il.

3° The store city ofi Pithom and the route of the Exodus, par M. Navjlle. Nous avons déjà rendu
compte dans The academy de cet important volume et nous avons en même temps fait justice des attaques
singulières dont il avait été l'objet de la part d'incompétents. Mais il est un point sur lequel nous voulons
revenir aujourd'hui. Dans les derniers numéros de la Revue égyptologique nous avons longuement insisté sur
la valeur très grande d'un passage métrologique que M. Naville avait bien voulu extraire pour nous d'une
des stèles qu'il publie aujourd'hui. Ce passage était capital tant en ce qui concerne les monnaies qu'en
ce qui concerne le budget des cultes. A ce dernier point de vue, il y avait aussi une question historique
fort intéressante : celle d'une largesse extraordinaire faite par le roi Philadelphe en l'an 21 de son règne et à
propos de laquelle je disais {Revue III, III, p. 112) : «Cette largesse de 140,000 argenteus ou 2466 talents

1 Nous réservons pour ce numéro les rnot-à-mots de tous les actes traduits dans le travail entier. Aujourd'hui nous nous borne-
rons à donner à nos lecteurs l'héliogravure du premier (l'acte d'affranchissement de la collection d'ElSENEOHR).
loading ...