Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d'Alsace — 2.Sér. 20.1902

Seite: 323
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bmha1902/0345
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LE CHATEAU D’ECHERY.

(Avec 3 planches.)

I.

Les châteaux d’Echery et de Zuckmantel.

Le château d’Echery a été décrit déjà par Grandidier dans les Vues pit-
toresques de VAlsace, de Walter'; le savant historien se borne toutefois
à constater qu’on n’en voit plus que quelques ruines, et fait suivre cette
courte mention d’une notice sommaire sur la famille noble des Eckerich,
qui a donné son nom à cette forteresse.

On désire fixer ici l’état actuel de cette ruine* 2 et rechercher quels en
ont été les possesseurs successifs. Il sera question incidemment du
château de Sainte-Croix-aux-Mines, connu sous le nom de château de
Zuckmantel, qui doit avoir été construit par la même famille et dont il ne
reste plus rien.

Le château d’Echery est situé au fond du vallon du Petit-Rombach, qui
débouche dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines à l’extrémité ouest du
bourg de Sainte-Croix. Il importe de ne pas le confondre avec le village
actuel d’Echery, dont il est distant d’environ 6 kilomètres et dont il se
distinguait, du reste, par l’appellation de Haut-Echery (en allemand Hoh-
Eckerich), tandis que la dénomination d’Alt-Eckerich s’appliquait plutôt
au hameau appelé aussi Saint-Guillaume et connu aujourd’hui sous le
nom de Saint-Biaise. L’origine de ce nom d’Eckerich, que l’on peut tra-
duire par glandée, ou par pâture des faines3, est douteuse; la plupart des
auteurs le font dériver d’Acheric, l’un des solitaires qui seraient venus
au dixième siècle se retirer au fond du val de Lièpvre, alors que son com-
pagnon aurait donné son nom à l’église et au village de Saint-Guillaume.
Mais le vocable Achinis ragni figurant déjà dans un diplôme de Charle-
magne de l’an 774, pour désigner le rain de Saint-Biaise ou d’Alt-Eckerich,

t. Vues pittoresques de l’Alsace, 6e livraison, Strasbourg 1785. Voir aussi: D. Risler,
Histoire de la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines, Sainte-Marie-aux-Mines, 1873, et
Rothmüller, Musée pittoresque et historique de l'Alsace.

2. Nous donnons, pl. I, une vue du château prise du pied de la montagne, et pl. Il,
une vue des ruines prise au-dessus de la maison d’école.

3. R. Reuss, Y Alsace au dix-septième siècle, I, p. 564.
loading ...