La chronique des arts et de la curiosité — 1912

Page: 33
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1912/0043
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 5. - 1912. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6') 3 Février.

la

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
■Départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le 3STu.m.éro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

igKS|5*;L est fatal que les errements de
'^SIjÎW; la précédente administration des
^m^j^y Beaux-Arts paraissent peu à peu
cê&fj&Zi au grand jour. Ceux mêmes que
le public distrait ou mal instruit n'a pas
voulu comprendre tout de suite se manifes-
tent par leurs conséquences. On ne peut
se défendre de ces réflexions en visitant
l'exposition des œuvres des boursiers de
voyage. Les travaux que l'on voyait jadis
à cette occasion n'étaient pas sans doute
tous éclatants : c'étaient des œuvres de début.
Mais on aimait à reconnaître, dans la plupart
des promesses, une certaine liberté, on ne
sait quelle indépendance de jeunesse. Aujour-
d'hui on est davantage frappé par ce qu'ils
ont de sage et d'appliqué.

D'où vient cette transformation ? On n'ima-
gine pas que ce sont les jeunes artistes qui
ont changé et que tout â coup l'originalité,
la hardiesse, la personnalité aient disparu.
Mais c'est le jury qui s'est modifié. Les
bourses de voyage, comme le Prix du Salon,
sont décernés par un conseil qui s'appelle le
Conseil supérieur des Beaux-Arts et qui n'a
guère d'autre fonction. Autrefois, cet aréo-
page était composé d'un nombre restreint de
juges, où l'on comptait des artistes, des fonc-
tionnaires, des critiques et des parlemen-
taires. Peu à peu, l'Administration des
Beaux-Arts en a changé la nature. Elle y a
introduit un plus grand nombre de profes-
seurs de l'École, naturellement portos à pré-
férer ce qui est conforme aux enseignements
de la pédagogie officielle, mais ce n'est là
qu'un inconvénient auquel il était facile de
remédier. Une autre innovation plus grave a
été l'entrée dans le jury d'un grand nombre de
parlementaires qui, bien souvent, ont peu de

culture artistique mais qui, en revanche, ont
un arrondissement et des protégés. 11 en est
résulté une manière nouvelle de distribuer
les bourses, dont l'Administration ne s'est
nullement émue, mais par où l'institution
même des bourses s'est trouvée dénaturée.

Si l'on se reporte, eneifet, à l'idée première
qui a inspiré la création du Prix du Salon et
des bourses de voyage, on s'apercevra aisé-
ment que le désir de ceux qui en ont pris
l'initiative était de donner à de jeunes artistes
n'ayant pas suivi l'enseignement officiel la
possibilité de parfaire leur éducation. La voie
est toute tracée pour un étudiant qui a pu
travailler régulièrement : l'École des Beaux-
Arts, d'abord, le Prix de Rome, ensuite. Mais
supposez un peintre, un sculpteur, un ar-
chitecte ayant travaillé autrement par suite
de circonstances souvent indépendantes de
sa volonté. S'il avait du mérite, s'il faisait
paraître un tempérament personnel et d'heu-
reux dons, le Prix du Salon, les bourses de
voyage étaient là pour l'aider. Ce n'était pas
la une concurrence à l'enseignement officiel,
mais c'était nettement autre chose. Si ces ins-
titutions deviennent les succédanées des
autres, qui ne voit qu'elles perdront peu à peu
leur originalité et leur véritable raison d'être?

nouvelles

*** Par décret en date du 25 janvier, rendu
sur la proposition du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts ont été promus
ou nommés dans l'ordre national de la Légion
d'honneur :

Au grade d'officier : MM. Dumonthier (Er-
nest), administrateur du Mobilier national ;
Muenier (Jules-Marie-Alexis) et Saint-Ger-
mier (Joseph), artistes peintres;

Au grade de chevalier : MM. Chauvet
(Louis-Jacques-Gustave), archéologue; Ro-
lard (François-Laurent), statuaire ; Granié
loading ...