La chronique des arts et de la curiosité — 1912

Page: 1
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1912/0011
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N« 1. - 1912. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«) 6 Janvier.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le USTiaméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

l nous faut revenir sur la triste
i affaire du théâtre de Nancy. On
sait que le Conseil municipal de
cette ville a eu la fâcheuse idée de

construire un théâtre neuf sur la place Sta-
nislas. Dès que ce projet a été connu, il a
soulevé à Nancy, et ailleurs, de très vives
objections. La place Stanislas, qui est un
des chefs-d'œuvre de notre architecture, était,
de l'avis unanime, gravement menacée : la
bâtisse nouvelle devait fatalement dépasser
et écraser les terrasses des pavillons de Héré,
et c'en était fait de la grâce élégante de la
place qui est la gloire delà cité.

Aucune observation, cependant, ne semblait
prévaloir contre les projets municipaux, et la
population elle-même se résignait. Aujour-
d'hui, cependant, on dirait que le temps a fait
son œuvre et que les partisans les plus zélés
du théâtre nouveau se rendent compte du
dommage qu'il causera. Déjà les murs s'élè-
vent et dominent la place. On a pu juger
tout de suite de l'effet; on a pu connaître
qu'il était déplorable et que la bâtisse qui
surgi tau-dessus du pavillon détruit la beauté
de la place. Devant la réalité du dégât, tout
le monde, enfin, comprend ce qu'on aurait pu
prévoir.

Dans ces conditions, il reste à la ville de
Nancy un parti à prendre et un seul : c'est
de renoncer nettement à son projet ; c'est
d'abandonner la construction. Toute solution
qui consisterait à v arranger » les choses ne
ferait que les rendre pires. La ville de Nancy
trouvera .l'expérience coûteuse: mais la place
Stanislas vaut bien d'être sauvée.

NOUVELLES

*** Le Musée de l'Armée vient de recevoir
un très beau portrait en miniature de Napo-
léon 1er, ayant appartenu à son secrétaire, le
baron Fain, puis un buste et un portrait peint
du général Claparède, pair de France, qui
ont été donnés par le comte Hallez-Claparède.

*** On vient de placer dans la salle des
Pas-Perdus, au Palais de Justice, une statue
du jurisconsulte Jean-Etienne-Marie Portalis,
œuvre du sculpteur Chatrousse, retrouvée au
Dépôt des marbres.

**# Par décret du président de la Républi-
que en date du 7 décembre 1911, la Société
française de l'Art à l'école est reconnue
comme établissement d'utilité publique et
les statuts de la Société sont approuvés tels
qu'ils sont, annexés au décret.

La même Société a mis à l'étude un projet
de congrès international de l'Art à l'école,
qui aurait lieu à Paris en même temps que
l'Exposition internationale des arts appliqués
à l'industrie, dont il a déjà été beaucoup
parlé.

*** Par arrêté du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts en date du 30 dé-
cembre 1911, M. Aloys Claussmann est nom-
mé directeur de l'Ecole nationale de musique
de Clermont-Ferrand.

*** Le comité fondé pour honorer la mé-
moire de Le Nôtre vient de joindre sa pro-
testation à celle de la Société des Amis de
Saint-Cloud contre lo détestable projet de
l'Ouest-Etat qui menace la beauté du parc
de Saint-Cloud et dont nous avons parlé dans
notre dernier numéro.

*** Le statuaire Bartholomé vient de faire
don à l'église de Thiverval (Seine-et-Oise),
d'une tête de Christ en bronze, fragment
d'un Christ en croix sculpté par lui.

*** Le ministère des Beaux-Arts a classé ré-
cemment dans le département de la Haute-
loading ...