La chronique des arts et de la curiosité — 1912

Page: 309
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1912/0319
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N» 39. - 1912. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 28 Décembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SA'ïr.D! MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curioîitâ

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
"Départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Xjo :ETu.m.éro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

a municipalité du Puy vient do
prendre une décision qui mérite
d'être retenue. Elle a voté un cré-
dit de trois cents francs pour l'en-
tretien des tableaux placés dans les églises.
C'est là une manifestation de soucis artisti-
ques qui est digne d'éloges. Combien de fois
ne nous est-il pas arrivé ici de regretter la
négligence avec laquelle les pouvoirs admi-
nistratifs des communes traitent les œuvres
d'art qui sont en leur possession ? Combien
de fois n'avons-nous pas eu l'occasion de
protester contre l'installation insuffisante de
quelques galeries provinciales ? Les grandes
villes, qui ont plus de ressources matérielles
et qui ont davantage la connaissance de leurs
obligations, peuvent donner un exemple très
utile et créer des usages que les petites com-
munes auront à co;ur de suivre.

Les tableaux qui sont placés dans les égli-
ses sont, en général, comme les édifices reli-
gieux eux-mêmes, dans le patrimoine des
communes. Pour quelques-unes, les ques-
tions de propriété soulèvent des problèmes
délicats. Mais le cas le plus fréquent est ce-
lui où la municipalité se trouve en possession.
Elle est donc bien inspirée et remplit son
rôle quand elle a souci de la conservation
d'ouvrages ayant un caractère artistique. Les
conditions où- se trouvent les tableaux ne
sont pas toujours favorables à leur conser-
vation. Ils peuvent être mal placés, sur un
mur humide ; ils peuvent être menacés d'être
noircis ou endommagés ; ils peuvent, par la
seule action du temps, avoir besoin de l'in-
tervention d'un restaurateur : autant de cas
où la municipalité, sans grever lourdement
son budget, peut agir.
En attendant la loi d'ensemble, dont tout

le monde voit la nécessité et dont nous avons
entretenu nos lecteurs, l'initiative des com-
munes sera précieuse. Les municipalités, sans
préjuger de l'avenir et sans mêler à leur ac-
tion des problèmes politiques irritants, ren-
dront de grands services en témoignant de
leur intérêt impartial pour tout ce qui touche
l'histoire artistique de notre pays.

NOUVELLES

*** Le 17 décembre, au cours d'un banquet
donné pour fêter la médaille d'honneur ob-
tenue par M. Paul Chabas au dernier Salon,
le ministre a annoncé la promotion prochaine
de cet artiste au grade d'officier de la Légion
d honneur.

*** MM. Landry, André Honnorat, Ch.Le-
boucq et un très grand nombre de leurs col-
lègues de la Chambre des députés ont déposé
un amendement à la loi de finances proposant,
comme nous l'avons demandé dans un de nos
derniers Propos du jour, la création : 1° d'une
caisse des monuments historiques ; 2° d'une
caisse des églises et monuments publics.

Ces deux caisses seraient investies de la
personnalité civile. On sait que la première
est en voie de formation. La seconde facilite-
rait, par des subventions, la conservation de
lous édifices ou monuments publics non clas-
sés comme monuments historiques, c'est-à-
dire la masse des églises. Cette deuxième
caisse ne recevrait aucune subvention de
l'Etat, des départements ou des communes ;
elle serait alimentée par des dons ou deslegs.

*** Un décret du président de la Républi-
que autorise le ministre de la guerre à accep-
ter, au nom de l'Etat, le legs, fait au Musée
del'Arméepar M. Gentil-Saint-Alphonwe, d'un
portrait en pied de Bernadotto.

*** sur ie rapport de M. d'Andigné, on
vient d'autoriser le prélèvement, sur les arré-
rages du legs Dutuit, d'une somme de 300.000
francs destinée à des acquisitions nouvelles
loading ...