La chronique des arts et de la curiosité — 1912

Page: 245
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1912/0255
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 31. -1912. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«) 5 Octobre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an
Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie de
Départements........... 12 fr- Il l'Union postale)......... 15 fr.

Le Kuméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

(?w^Ïj4^a ville de Nantes a pris, il y a
ïOf quelque temps, une initiative très

toBï^ï5i intéressante, et le succès est près
vzrs^ij» de récompenser son eiï'ort. Elle a
jugé qu'un musée comme celui qu'elle possède
devait avoir sou catalogue; elle n'a pas hésité
à s'assurer les concours utiles pour mener
cette œuvre à bien ; elle a pris soin de voter
les crédits nécessaires, et elle les a intelli-
gemment employés. Dans quelques se-
maines, ce catalogue sera prêt ; ce qu'on en
sait déjà permet de croire qu'il sera exem-
plaire, destiné à la fois aux simples visiteurs,
aux amateurs plus difficiles, et aux historiens
soucieux de renseignements exacts.

On veut espérer qu'une pareille entreprise
ne restera pas à l'état de l'exception. Ce que
la municipalité de Nantes a fait, d'autres le
peuvent accomplir. Les crédits que réclame
une œuvre de ce genre ne sont pas de ceux
■qui grèvent bien lourdement les budgets. Il
suffit de vouloir, il suffit de comprendre que
les collections provinciales ne doivent pas
•être des nécropoles qui attirent la curiosité
de quelques voyageurs. Elles valent assuré-
ment par le spectacle qu'elles offrent aux
yeux et par le plaisir esthétique qu'elles peu-
vent donner au visiteur. Mais ce spectacle
n'a toute sa valeur, ce plaisir n'a toute sa
plénitude que si, devant une toi'e ou une sta-
tue, l'amateur a aussi l'intelligence de l'œuvre
qu'il regarde. Les musées de province, pour
peu qu'ils aident à tirer l'enseignement qu'ils
renferment, ont une valeur didactique.

Il n'est pas besoin de rappeler ici que trop
d'entre eux sont dépourvus de catalogues.
Bien souvent nous avons répété que le grand
travail si heureusement commencé par la
Commissionde Y Inventaire d s richesses d'art

de notre pays ait été interrompu, faute de
ressources nécessaires. S'il avaitpuêtre pour-
suivi, toutes les galeries provinciales au-
raient été dotées des catalogues, établis se-
lon les mêmes méthodes et le même plan. A
défaut de cet Inventaire, c'est aux municipa-
lités et aux conservateurs d'y suppléer et de
donner à leur ville le petit livre précis, sim-
ple, et savant dans sa modestie, qui aidera à
mieux connaître et à mieux aimer nos ri-
chesses provinciales.

—-<n—-gesses;-—o>

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le 22 septembre, au Vésinet, un buste de
la République ;

Le même jour, à Provins, un monument à
la mémoire du capitaine aviateur Gamine ;

Le 29 septembre, à Libourne, un monu-
ment à la mémoire de M. Bernard Rondier,
ancien député;

Le 2 octobre, à Morlaix, un double médail-
lon des écrivains Edouard et Tristan Cor-
bière, œuvre du sculpteur Bourdelle.

Le 15 septembre avait été inauguré à Péri-
gueux le monument à la mémoire des mobiles
de la Dordogne tués en 1870-71, œuvre du
sculpteur Desca.

Le monument patriotique érigé le même
jour à Sézanne était l'œuvre du sculpteur
Jacopin.

**# M. Pujalet, directeur des Musées na-
tionaux, vient de prendre une initiative des
plus heureuses. 11 a décidé de faire aménager
au musée du Louvre une suite de salles où
seront exposés, par séries, les 40.000 dessins
ou estampes que possède notre Louvre et
dont la plupart restent dans les cartons. On
exposera successivement tantôt les dessins
d'une époque, tantôt ceux d'un maître ou
d'une école. Et l'on aménagera, en outre, un
loading ...