La chronique des arts et de la curiosité — 1912

Page: 213
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1912/0223
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° 27. - 1912. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6»)

10 Août.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Cufiodth

Pris: de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
"Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Lo Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

N lira plus loin le décret récem-
ment paru à YOfficiel et concer-
nant le personnel de la Direction
yr&zè&t des Musées nationaux. On y
verra que, si à notre époque il fait bon être
■commis, bureaucrate ou secrétaire, on gagne
moins à êtreunéruditet à consacrer son acti-
vité à la conservation d'un département ar-
tistique. Les chiffres ont ici leur éloquence et
leur tristesse.

Ce n'est pas, il convient de le dire tout de
suite, le nouveau décret qui est en cause.
S'il modifie de précédentes décisions, il
innove peu dans l'ensemble. Il no fait
guère que donner des formes précises à des
usages d'ailleurs anciens, et l'on peut dire
qu'il reste fidèle à l'esprit général qui anime
notre administration. Mais c'est précisément
ce qui ne peut manquer de frapper le lecteur
impartial et de lui inspirer quelque mélan-
colie.

En particulier, il y a longtemps qu'on a
remarqué l'insuffisance des traitements don-
nés dans notre pays aux savants. Alors qu'à
l'étranger un directeur de musée, un conser-
vateur sont matériellement et moralement
dans des situations dignes des fondions qu'ils
remplissent, un emploi de conservateur n'est
pas chez nous beaucoup mieux rétribué qu'un
emploi de secrétaire, et le sort d'un conser-
vateur adjoint ne vaut pas plus que celui
d'un sous-chef. Ces habitudes sont, au fond,
contre l'égalité vraie, qui est essentiellement
une égalité de rapports ; elles rendent certai-
nes fonctions difficilement accessibles ; elles
ont le tort, enfin, de ne pas rendre aux hom-
mes de science qui contribuent au prestige de
notre pays les témoignages qu'ils méritent.

Les pouvoirs publics font, de leur mieux,
sans doute, des décrets selon l'esprit du
temps ; le vrai décret est encore à faire.

NOUVELLES

**# Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le 28 juillet, à Denain (Nord), à l'occasion
du deuxième centenaire de la victoire du
2i juillet 1712, une statue équestre du maré-
chal de Villars, œuvre des sculpteurs Henri
Gauquié et Henri Guillaume ;

Le même jour, à Ambert, un monument à
la mémoire' d'Emmanuel Chabrier, formé
d'un buste du compositeur par Constantin
Meunier, sur un piédestal dû au sculpteur
Vaury.

Le même jour, à Fécamp, un monument à
la mémoire de l'écrivain Jean Lorrain, œuvre
du sculpteur Saladin ;

Le même jour, à Rosières (Somme), un
hôtel de ville ;

Le 4 août, au théâtre antique d'Orange,
un monument à la mémoire du poète Paul
Mariéton.

Le 21 juillet avait été inauguré à Etretat
un buste d'Alphonse Karr, œuvre du sculp-
teur Cipriani.

**# Par décret du Président de la Répu-
blique en date du 25 juillet, rendu sur la
proposition du ministre du Commerce et de
l'Industrie, M. Derville (Stéphane-Adolphe),
président du conseil d'administration de la
Compagnie des chemins de fer de Paris à
Lyon et à la Méditerranée, commissaire gé-
néral du gouvernement de la République à
l'Exposition de Turin, a été élevé à la dignité
de grand-officier de la Légion d'honneur.

*** Par d'autres décrets en date du 2't juil-
let, rendus sur la proposition du ministre
des Affaires étrangères, ont été promus ou
nommés dans l'ordre national de la Légion
d'honneur :
loading ...