La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 41
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0051
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N« 6. - 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«) 8 Février.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATiN

La abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement ta Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

n ne peut laisser passer sans le
signaler et sans le regretter le
classement des candidats auquel
SrKyw^l vient de procéder la commission
de l'Académie des Beaux-Arts. Non pas que
la commission ne soit pas libre de présen-
ter comme elle l'entend les candidats qui lui
plaisent. Mais ce qui a surpris l'opinion de
tous ceux qui suivaient les préliminaires de
cette élection académique, c'est de voir exclu
de la liste de la commission un des candidats
les plus importants.

Il y a, en effet, parmi ceux qui sollicitent
le siège de membre libre devenu vacant à
l'Académie des Beaux-Arts, un historien qui
est connu par des travaux multiples, qui a
consacré toute sa vie à l'enseignement, à la
critique, à l'érudition. Il est bien évident que
l'Institut, dans ces circonstances, est seul
juge de ses titres, qu'il peut les trouver suffi-
sants ou insuffisants : personne ne songe à en
disconvenir. Mais ce qui est évident aussi,
•c'est que ces titres existent, et que le candidat
que recommandent tant d'années de labeur
a un légitime espoir, s'il croit pouvoir être
classé. La commission l'a ignoré; on s'en
■ étonne.

A la vérité, l'Institut a montré plus d'une
fois qu'il ne se sentait pas lié par les propo-
sitions de sa commission préparatoire, et il
lui est arrivé de nommer un jour un de nos
archéologues les plus renommés qui était
candidat, et dont le nom ne figurait pas sur
la liste de classement. Ce précédent revient
naturellement à la mémoire. Mais il serait
-.plus simple et plus compréhensible pour le
•public que la commission et l'Institut fussent
-d'accord pour suivre la môme méthode.

NOUVELLES

**# Par décret du président de la Répu-
blique, rendu sur la proposition du ministre
du Travail et de la Prévoyance sociale,
M. A. Rey, architecte, membre du conseil
supérieur des habitations à bon marché, vient,
d'être nommé chevalier delà Légion d'honneur.

*** Par décret du président de la Répu-
blique en date du 1" février 1913, rendu sur
le rapport du ministre de l'Instruction publi-
que et des Beaux Arts, M. Langlois (Charles-
Victor), archiviste paléographe, agrégé d'his-
toire, docteur ès-lettres, professeur à la
Faculté des Lettres de l'Université de Paris,
a été nommé directeur des Archives Natio-
nales, en remplacement de M. Etienne De-
jean, décédé.

#*# Reprenant la proposition de loi déposée
à la Chambre des députés par M. Landry et
au Sénat par M. AudifFred (1), M. Maurice
Barrés vient d'établir un projet d'organisa-
tion d'une caisse autonome des monuments
historiques. Ce projet, présenté sous la forme
d'amendement à la loi de finances, sera dis-
cuté sous peu de jours.

#*# Quelques croquis fort intéressants de
la villa des Jardies où mourut Gambetta et
de la chambre mortuaire viennent d'être don-
nés par Mme Waldeck-Rousseau au Musée
Carnavalet. Ces croquis sont de Bastien-
Lepage et de son frère.

Le même musée a reçu dernièrement de
M. Roucher, petit-fils du poète des Mois, les
dessins originaux de Charles-Nicolas Cochin,
de Marillier et de Moreau le jeune, dont les
reproductions gravées illustrent ce poème.
M. Roucher a joint à ces dessins un portrait
de son grand-père, peint à Saint-Lazare par
Le Roy, le 6 thermidor an II, un peu avant
le départ du poète pour l'échafaud.

(1) V. Chronique des Arts du 27 décembre 1912,
p. 309.
loading ...