La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 241
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0251
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
Na 31. — 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«) 27 Septembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie
l'Union postale)......... 15 fr.

Le ISTu-méro : O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

ASgfe'&T. nous faut revenir sur les arrêtés

!îW clue ^e Pr<^et de la Seine, usant
d'un droit que lui conférait une
rS^JzïëjZr) loi votée depuis plus de trois ans,
vient enfin de prendre pour protéger contre
l'affichage un certain nombre d'édifices et de
sites dans Paris.

Il résulte des arrêtés préfectoraux que
les panneaux-réclame, les affiches et tout
l'attirail multicolore qui donnent à Paris un
aspect si peu conforme à sa réputation de
bon goût, devront disparaître aux abords des
monuments et qu'ils ne pourront plus y repa-
raître. Il en sera de même pour tout ce qui
touche les Champs-Elysées et le Cours-la-
Reine, qui, par une exception heureuse, consti-
tuent dans Paris les seuls sites qui soient
classés et, à ce titre, qui soient protégés par
la loi. "Voilà donc Paris en partie libéré de
toute cette fâcheuse profusion de réclames
voyantes contre laquelle luttent depuis long-
temps les amis des monuments et les amis
des paysages.

Leur sollicitude cependant devra continuer
d'être en éveilTLes arrêtés préfectoraux inter-
viennent tard, quand des engagements sont
pris, quand des traités sont signés et—ce qui
est encore plus grave — quand des habitudes
■ont commencé d'être acceptées. Il faut donc
s'attendre d'abord à ne pas voir les arrêtés
produire tout de suite tout l'effet qu'on en
«spère et qu'on est en droit d'en espérer. Il
faut ensuite prévoir que lorsque les délais
seront passés, l'administration aura besoin
de toute sa vigilance : elle a été en quelques
circonstances si indulgente aux propriétaires
négligents qu'ils seront tentés de compter
encore une fois sur sa longanimité. On au-
rait évité quelques-unes de ces difficultés si

on avait pris plus tôt le parti de se servir
des lois et rappeler les règlements en vi-
gueur. Mais avec l'appui de l'opinion pu-
blique l'administration a désormais si elle le
veut tout ce qu'il faut pour protéger la beauté
de Paris.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le vendredi 19 septembre, à Bordeaux, un
monument à la mémoire des enfants de la
Gironde morts pour la patrie en 1870-71,
œuvre du sculpteur Achard ;

Le dimanche 21 septembre, à Avignon, un
monument du peintre Paul Vayson, œuvre
du sculpteur Félix Charpentier ;

Le même jour, à Bergues (Nord), un monu-
ment de Lamartine, et à Dunkerque, un monu-
ment à la mémoire de MmcCaroline Angelbert,
qui contribua à faire élire Lamartine député
de Bergues en 1833, monument dû au ciseau
de Mme Hortense Tanvert et orné d'une
réplique du médaillon du poète par David
d'Angers.

**# L'administration des Beaux-Arts, sen-
sible aux protestations qui se sont souvent
produites contre le mode de visite de certains
palais et musées nationaux sous la conduite
de gardiens — système d'ailleurs incompa-
tible avec une surveillance effective de la
part du guide, — va essayer de supprimer ce
mode de visite. La suppression de la « con-
duite » portera sur les appartements de la
Reine au palais de Versailles, sur les collec-
tions du Grand ïrianon et sur le musée des
voitures du Petit Trianon. Une meilleure
répartition d'un personnel suffisamment
nombreux assurera d'une manière efficace la
surveillance des salles plus largement ou-
vertes au public.

**# Le peintre Gaston Mélingue vient de
faire don à la Société des Amis de Vincennes
loading ...