La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 161
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0171
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N» 21. — 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

2'i Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

l'ans, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

'?§/->.i^ A Bibliothèque de l'Arsenal est mer
fjv?^3 nacée, si le gouvernement n'in-
tervient pas tout, de suite, d'être
vjKssCLS gravement compromise. On sait
■que la façade de cette Bibliothèque, due à
Labrouste, est restée masquée, lors de la
construction, par des bâtiments qui en sont
séparés seulement par un espace de deux
mètres. Cet état de choses regrettable et dan-
gereux devait être provisoire. On ne s'éton-
nera pas d'apprendre que ce provisoire dure
depuis cinquante ans. Mais, du moins, l'espoir
■demeurait que ces bâtiments n'étaient pas
éternels et que la façade de la Bibliothèque
serait un jour dégagée.

Or, voici le péril nouveau et, cette fois,
d'une durée indéfinie. Loin de débarrasser
la Bibliothèque d'un voisinage qui est sans
beauté et qui n'est pas sans de sérieux in-
convénients, il est question d'élever devant
la façade de l'Arsenal plusieurs maisons de
sept étages. Si ce projet a une suite, on peut
dire que c'en est fait du dégagement tou-
jours espéré. On peut dire aussi que les ris-
ques dïncendie provenant d'un isolement
insuffisant sont perpétués. C'est ce qui ne
saurait être accepté.

La Bibliothèque de l'Arsenal, où se trou-
vent le cabinet de Sully et l'oratoire de la du-
chesse de La Meilleraye, n'est pas seulement
un monument précieux par les souvenirs
qu'il évoque ; elle contient la plus riche col-
lection de France après la Bibliothèque Na-
tionale. Elle possède d'admirables manu-
scrits à peintures, un cabinet d'estampes, des
collections de journaux qui la rendent parti-
culièrement précieuse aux travailleurs et
qui attirent, à mesure que la Bibliothèque
Nationale devient trop petite pour son public,

un nombre considérable de lecteurs. Il est
impossible de la laisser dans un état qui n'est
pas digne d'elle et qui compromet sa sécu-
rité. Tous ceux qui s'intéressent à elle comp-
tent que le gouvernement saura agir sans
retard.

NOUVELLES

**# Par arrêté du président du Conseil, mi-
nistre de l'Instruction publique et des Beaux-
Arts, en date du 16 mai 1913, pris sur la
présentation du Conseil supérieur de l'ensei-
gnement des Beaux-Arts, M. Laguillermie,
artiste graveur, membre de l'Institut, a été
nommé professeur chef d'atelier de gravure
en taille-douce à l'Ecole nationale des Beaux-
Arts, en remplacement de M. J. Jacquet,
décédé.

**# Mercredi dernier, 21 mai, a été inau-
guré au jardin des Tuileries, un monument
de ha Nôtre, composé d'une réplique du buste
de l'artiste par Coysevox érigé sur son tom-
beau à l'église Saint-Roch (1).

Le dimanche 18 mai a été également inau-
guré au cimetière Montparnasse, sur la tombe
de Catulle Mendès, un buste de l'écrivain dû
au sculpteur Auguste Maillard.

*** Sous la présidence de M. Francis Char-
mes, et avec le concours de personnalités
comme la marquise de l'Aigle, la duchesse de
Broglie, Mmc Edmond Adam, le baron de Ba-
rante, le comte Paul Durrieu, MM. Jacques
Doucet, Maurice Fenaille, Emile Picot, Ray-
mond Kœchlin, etc., vient de se fonder la
« Société des Amis de la Bibliothèque Natio-
nale et des bibliothèques françaises ».

Cette Société a pour but d'aider l'adminis-
tration à enrichir notre Bibliothèque Natio-
nale. Son effort ne se restreindra pas aux

(1) Reproduit dans l'article de notre collabora-
teur M. Gabillot sur Les Portraits de Le Nâ.re
dans la Gazette d'avril dernier, p. 329.
loading ...