La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 113
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0123
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N- 15. - 1913. BUREAUX : io6, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

12 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

! SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Étranger (Etats faisant partie de
l'Union postale)......... 15 fr.

Le Numéro : O fr. 2 S

PROPOS DU JOUR

t$&Éâê's' Y a plaisir à constater le succès
3^uIjw obtenu à l'exposition d'Arnster-
t^Sj^Mf clam parles potiers de notre pays.
r^-Jzj^J^t Invités à faire connaître l'état
présent de leurs recherches et de leurs dé-
couvertes, les céramistes de grand feu ont
répondu à cet appel. Ils étaient assurés de
trouver un public dès longtemps accoutumé
à tout ce qui touche les arts, familier avec
les tentatives de la décoration moderne, formé
par les traditions nationales: ils n'ont pas
été déçus.

Mais ce qui a sans doute passé leur attente,
c'est l'accueil qui leur a été fait et les honneurs
qui leur ont été rendus. Les organisateurs
de l'exposition d'Amsterdam ne se sont pas
contentés en effet de leur laisser toute facilité
pour faire connaître leurs ouvrages et pour
satisfaire la curiosité de visiteurs désireux
de comprendre et de s'instruire. Ils ont eu à
cœur de leur donner l'hospitalité à la fois la
plus courtoise et la plus flatteuse; ils les ont
reçus comme les représentants d'un art qui a
«on importance et son lustre ; ils les ont trai-
tés comme des étrangers de marque, à qui
ils ont voulu rendre hommage et laisser les
meilleurs souvenirs.

On ne peut que se réjouir de ces témoi-
gnages dont nos céramistes ont été l'objet.
Ils sont flatteurs à la fois pour nos artistes et
pour notre pays. Ils attestent le culte persis-
tant des arts qui embellissent la vie et ornent
les demeures. Peut-être ce goût, qui est de
tous les temps et de toutes les nations, a-t-il
plus de vivacité encore au delà de nos fron-
tières que chez nous. En voyant comment
les artistes décorateurs sont accueillis au
dehors, on est tenté de se demander si nous
avons bien pour eux les mêmes égards et si,

malgré le relèvement qui s'est manifesté de-
puis quelques années, il ne reste pas encore
quoique chose du préjugé dont les « arts mi-
neurs » ont longtemps souffert. S'il en existe
encore quelques traces, on se persuade qu'elles
ne tarderont pas à s'effacer. Et des manifes-
tations comme celles d'Amsterdam, en même
temps qu'elles peuvent nous réjouir, inter-
viennent à point pour nous rappeler aussi à
l'exacte appréciation de ce qui touche nos
artistes.

NOUVELLES

*** On annonce que notre collaborateur M.
Henry Marcel, administrateur général de la
Bibliothèque Nationale, est nommé direc-
teur des Musées Nationaux et de l'Ecole du
Louvre.

Il est remplacé à la tête de la Bibliothèque
Nationale par M. Théophile Homolle, membre
de l'Institut, directeur de l'Ecole d'Athènes.

*#* Par décret en date du 8 avril, rendu
sur la proposition du ministre de l'Instruc-
tion publique et des Beaux-Arts, M. Pujalet
(Pierre-Eugène-Louis), directeur des Musées
nationaux et de l'Ecole du Louvre, a été
promu officier de la Légion d'honneur (pour
prendre rang du 28 mars, veille de sa nomi-
nation aux fonctions de directeur de la Sû-
reté générale).

Par un autre décret en date du 31 mars,
M. Pujalet est nommé directeur honoraire
des Musées nationaux et de l'Ecole du
Louvre.

#** Par arrêtés en date du 3 avril 1913, le
président du Conseil, ministre de l'Instruc-
tion publique et des Beaux-Arts, sur la pro-
position du sous-secrétaire d'Etat des Beaux-
Arts, a nommé membres du Comeil supérieur
des Beaux-Arts : MM. Ferdinand Dreyfus,
sénateur; Henri Martin, artiste peintre.
loading ...