La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 145
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0155
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N« 19. — 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

10 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

J'ans, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr.
Départements........... 12 fr.

Etranger (Etats faisant partie de

l'Union postale)......... 15 fr.

Le -ISTurCLéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

'Institut Léonard de Vinci, qui a
son siège au Musée social, sera
prochainement inauguré. On sait
qu'il a pour objet de permettre
aux jeunes artistes français d'étudier l'art
industriel en Italie, et aux jeunes artistes
italiens de venir étudier cet art chez nous.
Une pareille institution est appelée à rendre
de grands services. Elle est en même temps
favorable aux rapports des deux nations la-
tines dont les artistes ont toujours réussi à
se comprendre et à s'aimer. Toute l'histoire
est pleine des traditions de ce voisinage au-
quel la nature même a invité.

On souhaiterait que l'heureuse initiative du
musée Léonard de Vinci fût dans l'avenir
encore développée. Elle est inspirée par une
idée si juste qu'on aimerait la voir se géné-
raliser. Siles rapports entre artistes de France
et d'Italie sont les premiers qui occupent la
pensée et ont des chances de demeurer les
plus fréquents et les plus assidus, il serait in-
téressant de tenter aussi pour d'autres pays
la môme œuvre. On voit, par exemple, que
lorsqu'il s'agit de la langue française et de
l'expansion de la littérature, des efforts ont
été accomplis partout : nous avons des Ins-
tituts français à Madrid, à Saint-Pétersbourg
•et à Londres ; en Hollande comme en Hongrie,
nous nous occupons des échanges intellec-
tuels favorables à notre influence et à notre
culture.

Ne serait-il pas possible d'organiser un jour
l'Institut Léonard de Vinci de sorte qu'il pût
favoriser l'étude de l'art industriel clans tous
les pays '? Bien des efforts tentés dans cette
direction sont dispersés. Il y aurait grand
intérêt, à la fois pour les commodités maté-
rielles et pour l'efficacité des entreprises, à

ce que les bonnes volontés fussent unies et à
ce que les jeunes artistes de tous pays sus-
sent où s'adresser s'ils veulent compléter
leur éducation et accroître leur culture.

NOUVELLES

rendu sur

la proposition du ministre de l'Instruction
publique et des Beaux-Arts, M. Gustave Fou-
gères, professeur adjoint à la Faculté des
Lettres de l'Université de Paris, est nommé
pour six ans directeur de l'Ecole française
d'Athènes.

**# Lundi dernier, MM. Massé, ministre du
Commerce, et Léon Bérard, sous-secrétaire
d'Etat des Beaux-Arts, ont inauguré à l'Ex-
position Universelle de Gand la section fran-
çaise.

**# Le Dr Henry Gillet vient d'offrir à
l'Institut un très beau bronze représentant le
peintre Vestier, qui fut un des peintres de
l'entourage de Marie-Antoinette. Ce buste de
Vestier, qui avait été membre de l'ancienne
Académie de peinture, a été placé à l'Institut,
dans la galerie réservée aux académiciens.

M. Henry Gillet a offert, d'autre part, à
l'Etat seize miniatures de Vestier et du gen-
dre de celui-ci, François Dumont. Ces mi-
niatures sont des portraits de Marie-Antoi-
nette, du comte de Provence, de Mme de Lam-
balle et d'autres personnages de la même
époque.

chargée par l'Etat de réaliser, à l'occasion du
tricentenaire de Le Nôtre, une exposition ré-
trospective de l'art des jardins en France, a
réuni, la semaine dernière, au pavillon de
Marsan, une commission spéciale d'organisa-
tion dont font partie, entre autres, des mem-
bres de l'Union centrale des Arts décoratifs et
de la Société des Amateurs de jardins. Cette
exposition montre, par des peintures, des-
loading ...