La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 265
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0275
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N" 34. — 1913. BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e) 8 Novembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT le SAMEDI MATIN

Les abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie d«*

Départements........... 12 fr. il l'Union postale)......... 15 fr.

Le Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

jous avons déjà entretenu nos lec-
teurs des dangers que courait le
pont du Gard. Pour être complè-
tement dégagé et protégé, il est
nécessaire que les terrains qui environnentle
monument appartiennent à l'Etat ou soient
frappés de servitudes telles que les perspec-
tives ne soient pas compromises. Les pro-
priétaires ont opposé quelques difficultés et
paraissent même, d'après les nouvelles ré-
cemment répandues, préoccupés de défendre
leurs intérêts particuliers sans tenir compte
de l'intérêt général qui s'attache à un monu-
ment incomparable.

Tour ceux qui connaissent l'admirable en-
semble que forment le paysage et le pont du
Gard, tous ceux qui ont admiré la simplicité
et la beauté de son architecture et qui savent
que l'antiquité n'a rien laissé de pareil clans
notre pays se sont émus. On avait quelque
peine à croire que l'aqueduc romain univer-
sellement admiré pût être sérieusement me-
nacé et que les pouvoirs publics fussent pris
au dépourvu.

Le gouvernement a fait bientôt savoir, en
effet, qu'il se préoccupait depuis plus d'un an
de la question. Il a cherché d'abord à négo-
cier avec les propriétaires de façon à ne pas
grever le budget d'un achat de terrains qu'il
espérait éviter. Ces négociations n'ayant pas
abouti, il a cherché à acheter les terrains et
a dû y renoncer à cause des prétentions des
propriétaires. Il a eu recours alors à une au-
tre méthode. La Commission des sites a été
convoquée; elle a décidé de délimiter une
zone de protection autour du pont et de clas-
ser les chemins situés dans cette zone. Ce
n'est pas tout. Si cette procédure échouait, la
Commission des sites demanderait l'expro-

priation. En attendant des mesures d'ordre
ont été prises pour assurer la sécurité de
l'aqueduc romain. Tout le monde louera cette
initiative. Mais tout le monde souhaitera en
même temps que les opérations nécessaires
soient rapidement conduites et que ce mo-
nument unique, protégé par la loi, soit mis
sans délai hors des contestations et à l'abri
de tout ce qui peut en menacer la sécurité
et la beauté.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le samedi 25 octobre, à Paris, au cimetière
Montmartre, un monument, œuvre du sculp-
teur Auguste Maillard, à la mémoire de l'au-
teur et artiste dramatique Pierre Berton ;

Le dimanche 25 octobre, à Limoges, un
monument à la mémoire du général Thoumas.

Le même jour, à Dunkerque, le mo-
nument (dont nous avions annoncé pré-
maturément l'inauguration) élevé à la mé-
moire de Mmc Caroline Angibert, qui contribua
à faire élire Lamartine député de Bergues,
monument dessiné par l'architecte David
Bon pain et composé d'un buste de Mme Angi-
bert par Mmc Caroline Tanvert, avec le médail-
lon de Lamartine par David d'Angers.

On a en outre érigé dans l'ancien cimetière
de Vaugirard, rue Lecourbe, à la mémoire
des soldats invalides décédés et inhumés au-
trefois en cet endroit, une pyramide sur la-
quelle se détachent en relief une épée et une
branche de chêne.

*** On vient d'exposer provisoirement,
dans la salle des peintures françaises du
dix-septième siècle, au Musée du Louvre,
le beau tapis persan provenant de la collé-
giale de Mantes, dont nous avons annoncé il
y a un an l'acquisition par l'Etat. La partie qui
manquait a été remplacée par une toile peinte
loading ...