La chronique des arts et de la curiosité — 1913

Page: 274
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1913/0286
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
274

LA CHRONIQUE DES ARTS

cialemcnt chargé de la partie artistique et
MM. Isola de la partie administrative.

*** Le dimanche 9 novembre, les élèves et
les amis du D1'Roux, directeur de l'Institut
Pasteur, Lui ont remis, à l'occasion du vingt-
cinquième anniversaire do cet établissement,
une médaille frappée à son effigie, œuvre du
sculpteur Y. Peter.

**# Pour fêter le cinquantenaire de l'ins-
cription de M0 Léon Devin au barreau de
Paris, ses confrères ont offert à l'ancien bâ-
tonnier une plaquette gravée par Mc Raymond
Persin, avocat à la Cour.

**# Dans sa séance du samedi 8 novembre,
la commission du Vieux-Paris a entendu un
rapport de M. Charles Magne, directeur des
fouilles parisiennes, concernant les fouilles
en cours, notamment celles du quai des Cé-
lestins, nécessitées par les travaux du Métro-
politain. Elles ont amené la découverte d'un
fragment de muraille, débris d'un travail de
défense de l'hôtel Saint-Paul.

Au sujet de l'expropriation de l'immeuble
situé 13, quai Conti, nécessaire pour l'ouver-
ture d'une des branches de la rue de Rennes
prolongée, une longue discussion s'est en-
gagée entre MM. Bonnier, André Hallays et
Lambeau. Il existe dans cet immeuble d'ad-
mirables boiseries dans un appartement situé
au rez-de-chaussée, qui ne serait autre que
l'ancienne bibliothèque de Mme de Genlis. Ces
boiseries, propriété de la Ville de Paris, se-
ront laissées en place tant que la maison
subsistera.

M. Augé de Lassus, à ce sujet, demande
que la commission émette le vœu que ledit
immeuble ne soit pas démoli. Ce vœu tardif
est repoussé comme étant en contradiction
avec l'opération de voirie décidée depuis long-
temps par la Ville de Paris.

Sur la proposition de M. André Hallays,
un vœu est émis en faveur du classement de
l'ancien hôtel Senneterre, situé rue de l'Uni-
versité, aujourd'hui transformé en école de
la Ville.

*** Par suite de l'élargissement de la rue
Matignon, qui doit être prolongée jusqu'à
l'avenue Percier, l'hôtel Fersen, demeure du
chevalier suédois qui s'efforça de sauver la
famille royale en organisant le voyage de
Varennes et tenta plus tard, sans succès, de
faire évader Marie-Antoinette de la prison du
Temple, doit être démoli. Cet hôtel, chef-d'œu-
vre d'architecture du xviiie siècle, possède
de remarquables boiseries qui ornent les pe-
tits salons. La propriétaire actuelle de l'hôtel
Fersen, Mme la marquise de la Guiche, vient
de s'entendre avec la Ville de Paris afin que
ces boiseries soient déposées au Musée Car-
navalet où le petit salon de l'hôtel Fersen
sera reconstitué, non loin des meubles de la
chambre qu'occupait la reine Marie-Antoi-
nette à la prison du Temple.

*** On a inauguré la semaine dernière à
Paris le square du Parc-Royal. Ce nouveau
jardin a été planté le long de la bibliothèque
Le Peletier de Saint-Fargeau.

*** Le préfet de Seine-et-Oise vient de pren-
dre un arrêté pour interdire l'installation d'un
établissement industriel clans la vallée de
l'Yvette.

**# A l'Ecole des Hautes études sociales
dans la section Musique, les conférences sui-
vantes seront données les vendredis à 3 h. :

La musique allemande au xvii0 siècle
{musique de chambre), par M. André Pirro
(28 novembre, 20 et 27 février); — Les Origi-
nes de l'opéra comique, par M. Georges Cu-
cuel (5, 12 décembre et 9 janvier); — Com-
ment exécuter la musique de Hxndel ?, par M.
Félix Raugel (19 décembre) ; — Quelques ten-
dances de la musique contemporaine (suite) :
Ecoles anglaise, hongroise, viennoise, « Le
Sacre du Printemps » de M. Igor Slravinsky,
Compositeurs divers (avec auditions), par
M. M.-D. Calvocoressi (16, 23 et 30 janvier) ;
— Les Opéras de Luigi Rossi (1642-16i7), par
M. Henri Prunières (6 et 13 février) ; —
Claudio Monleverdi, par M. Vincent d'Indy
(6 mars); — La Musique du xvie siècle, par
M. Henry Expert (13 et 20 mars) ; — L'Evo-
lution du goût musical, par M. Ernest Bloch
(27 mars et 3 avril).

*** Le docteur Franchi, conseiller général
d'Alger, a avisé le gouverneur général de l'Al-
gérie d'une importante découverte faite à Or-
léansville. On a trouvé sous la place Paul-
Robert une curieuse mosaïque portant la date
de l'année provinciale 285, le 12e jour avant
les calendes de décembre. Cette pièce, large
de 12 mètres et longue de 36, serait, d'après
l'archéologue italien Rossi, la plus ancienne
après l'ère des persécutions.

La Conservation des Monuments artistiques

Le problème, toujours si imparfaitement résolu,
do la conservation des œuvres d'art des églises a
donné lieu, au cours de la séance de la Chambre
des Députés du 13 novembre, à un intéressant
échange de vues entre notre directeur, M. Théodore
Reinach, député de la Savoie, et M. Bérard, sous-
secrétaire d'Etat des Beaux-Arts. En voici le texte
d'après le compte rendu analytique officiel :

« M. Th. Reinach. — Il n'est pas de semaine où
ne se médite et ne se consomme quelque attentat
dirigé contre le patrimoine artistique de la France.
Deux incidents de ce genre ont, cet été, ému la
fraction la plus éclairée de l'opinion publique.

« A Ghavanac (Gorrèze), il y avait une statue du
XV siècle, appelée, dans le patois du pays, « la
Dansarelte » — la Danseuse — et qui représentait
Salomé, portant la tête de sa victime. Cette statue,
bien que classée comme monument historique, a
été déplacée, remisée au fond d'une sacristie, et a
été l'objet de nombreuses mutilations et dégrada-
tions : le journal Le Temps, qui n'est pas suspect
d'anticléricalisme, s'en est indigné à bon droit.

« Quelles mesures le Gouvernement compte-t-il
prendre pour réprimer de tels errements, et pour
assurer dans [l'avenir, non seulement la conser-
vation, mais aussi la visibilité de la statue ?
loading ...