La chronique des arts et de la curiosité — 1914(1916)

Page: 65
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1914_1916/0101
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N" 9. — 1914.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

28 Février.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie d*s

Départements. 12 fr. Il l’Union postale). 15 fr.

Le LSTuméro O fr. 25

PROPOS DU JOUR

a nouvelle monnaie de nickel est
accueillie par des commentaires
peu favorables. Avant que le mo-
dèle n’ait été choisi, on a fait une
objection qui n’était, pas d’ordre artistique et
qui avait sa valeur daus son genre : on a re-
marqué qu’une pièce de vingt-cinq centimes
était une monstruosité au point de vue du
système métrique. Cette critique n’a rien ar-
rêté. La pièce sera frappée.

Du moins la nouvelle pièce de vingt-cinq
centimes fera-t elle oublier par son mérite
propre, par sa grâce et sa netteté, les torts
de son incorrection mathématique? Cet espoir
n’a jamais été très grand, mais il n’est plus
du tout depuis que le jury a fait un choix.
Le modèle adopté par les juges se recom-
mande, dit-on de toutes parts, par sa simpli-
cité. La simplicité est assurément la plus
précieuse des vertus, mais elle n’exclut pas
forcément l’originalité, ni l’elïort de création.
Il suffit de voir le modèle de la nouvelle
monnaie pour regretter qu’il n’atteste aucune
invention.

Quand on regarde la série des monnaies et
médailles de notre pays, on discerne vite que
c’est un art qui a eu chez nous des représen-
tants pleins de vigueur et de talent, soucieux
•de laisser aux âges suivants une belle idée
de l’époque où ils avaient vécu. Les mon-
naies sont des témoins durables du goûl d’un
peuple; elles permettent de deviner non seu-
lement le zèle des artistes, mais la bonne
organisation d’une administration qui leur
permit de se manifester et qui les sut choisir.
Quel témoignage apportera sur nos premières
années du xx° siècle la nouvelle monnaie?

Il est d’ailleurs regrettable d’une manière
générale que l’administration des Beaux-Arts

ait renoncé à toute volonté, atout choix per-
sonnel. Le système des commissions, des ju-
rys de toutes sortes, a eu pour effet d’ôter à la
direction son pouvoir d’initiative et sa vertu
de commandement. Il a peut-être été commo-
de, et il l’est encore, pour peu que l’on con-
çoive que la crainte des ennuis est le com-
mencement de la sagesse. Mais cette concep-
tion, qui remet tout à des conseils collectifs et
anonymes, a pour effet de faire perdre au mi-
nistère des Beaux-Arts l’autorité et le pres-
tige qui s’attachent à une administration où
le chef connaît sa tâche, a son goût per-
sonnel, et sait prendre ses responsabilités.

—--- -- -

NOUVELLES

*** Le Musée national du Luxembourg va
s’enrichir d’un portrait du peintre Damoye
par M. Alfred Roll, don de la famil e Da-
moye.

*** Mlle Henriette Boissy, artiste peintre,
membre de la Société des Artistes français,
morte dernièrement, a légué à la Société des
Artistes français une somme d’argent en
exprimant le vœu que cette Société crée un
prix de 300 francs qui, chaque année, à la
fermeture du Salon, sera décerné à un artiste
de l’une des sections, au choix du comité.

*** Un jury composé de MM. Mercié, Roy-
bet, Coutan, ïnjalbert, Marqueste, de Saint-
Marceaux, Allard et Yerlet, membres de l’Aca-
démie des Beaux-Arts, section de sculpture,
s’est constitué pour juger un concours ayant
pour objet l’exécution d’une statue destinée à
être reproduite en cire et devant exprimer
la forme physique féminine idéale s’adaptant
le mieux au costume moderne.

*** On a découvert dans la démolition ré-
cente du passage Saint-Paul une partie du
clocher de l’ancienne église Saint-Paul, gaine
loading ...