La chronique des arts et de la curiosité — 1914(1916)

Page: 161
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1914_1916/0251
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N» 21. — 1914.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6«)

23 Mai.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT IX SAMEDI MATIN

Lei abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie d«a

Départements. 12 fr. Il l'Union postale). 15 fr.

X.» Numéro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

n attendant d’autres conquêtes, le
féminisme vient d’entrer en Sor-
bonne sous la figure de docto-
resses. C’est par l’histoire de l’art
qu’il a débuté. La première thèse de doctorat
ès lettres qui ait été soutenue à l’Université
de Paris par une femme avait été préparée
par une élève de M. Lemonnier. Elle a été
bientôt suivie d’une autre qui, cette fois, res-
sortissait des philosophes.il reste à l’histoire
de l’art l’avantage d’avoir été la première
choisie par les candidates au doctorat.

Ce choix est naturel et personne ne son-
gera à s’étonner de l’intérêt que les étudiantes
témoignent aux problèmes d’histoire et d’es-
thétique. Il y a là un ordre d’études qui ré-
clame à la fois de l’érudition et du jugement,
do patients labeurs et de la finesse. Comment
ne seraient-elles pas tentées ? L’histoire de
l’art bénéficie aujourd’hui du travail consi-
dérable qui a été accompli depuis plusieurs
années. Il y avait beaucoup à édifler dans un
genre de travaux où l’impressionnisme et la
rhétorique tenaient une place excessive. Avec
des méthodes rigoureuses, des recherches cri-
tiques, historiques, bibliographiques, on est
arrivé à établir rapidement et brillamment
les directions de notre histoire de l’art. La
voie est tracée : les derniers venus peuvent
s’y engager avec plus de sécurité qu’ils
n’avaient fait il y a vingt-cinq ans.

La thèse soutenue récemment en Sorbonne
prouve que les maîtres ont déjà fait de bons
élèves. Elle avait pour objet d’étudier les
livres illustrés parus en notre pays de 1601
à 1660. Ce thème exigeait avant tout de
minutieuses recherches. La nouvelle docto-
resse, en faisant à ce propos de fines analyses

de l’art de graveurs tels que Callot et Bosse,
a prouvé une fois de plus comment l’érudi-
tion s’accorde avec le goût.

NOUVELLES

*** Par décret du président de la Républi-
que, en date du 16 mai, rendu sur la proposi-
tion du ministre des Affaires étrangères,
M. Cappiello (Leonetto), sujet italien, artiste
peintre, est nommé Chevalier de la Légion
d’honneur.

*** L’inauguration des salles du Louvreoù
viennent d’être installées les collections Ca-
mondo auxquelles la Gazette des Beaux-Arts
consacre sa livraison de juin presque entière,
est fixée au 4 juin. Elle sera faite par le Pré-
sident de la République, MM. Viviani et Paul
Jacquier, qui inaugureront en même temps
le grand escalier Mollien, exécuté par M. Bla-
vette, architecte du Louvre, d’après les plans
de Lefuel.

*** Les trois tapisseries de la Chaise-Dieu
et de l’église Saint-Just de Narbonne, qui
viennent d’être restaurées par la Manufac-
ture nationale des Gobelins, sont exposées
en ce moment au musée du Louvre, jus-
qu’au 5 juin, pour permettre aux artistes et
au public d’admirer ces précieux échantillons
de l’art des lissiers du Moyen âge. Les trois
pièces sont accrochées dans la salle de3
faïences italiennes, à la colonnade.

*** M. Ajalbert, conservateur de la Mal-
maison, vient de recevoir de M. Charles
Follot, président de la Chambre syndicale des
papiers peints, une série de papiers peints
datant du Consulat et de l’Empire, savoir :

1° Une série de documents et spécimens de
l’époque de l’Empire et du Consulat; 2° le
panneau du décor de Psyché relatif aux bi-
joux (ancien) ; 3° le décor complet en im-
pression ancienne des Campagnes d’Italie en
trente lés, le seul existant au monde.

La générosité du donateur ne s’est pas ar-
rêtée là : M. Ch. Follot expose en outre dans
loading ...