La chronique des arts et de la curiosité — 1914(1916)

Page: 177
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1914_1916/0281
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N* 23. — 1914.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6*)

6 Juin.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAI88ANT IX SAMEDI MATIN

Lu abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Il Étranger (Etats Taisant partie d«t

Département». 13 fr. Il l’Union postale). 15 fir.

X-o ÏTiaxrLero : O fr. 36

PROPOS DU JOUR

e Musée du Louvre vient d’ouvrir
les salles où il a in-tallé la collec-
tion Camondo. C’est un événe-
ment dans le monde des arts. Il
paraît que ce n'en était pas un pour le monde
de la politique, puisque, malgré des promes-
ses réitérées et les arrangements pris, ni le
Président de la République ni aucun membre
du gouvernement n’ont jugé bon d’honorer
de leur présence cette inauguration.

On sait que la collection a été léguée à notre
grande galerie nationale à condition que tous
les ouvrages dont elle se compose demeure-
ront groupés pendant cinquante ans. Cette
clause, très gênante en principe pour le clas-
sement du musée, a paru cependant accep-
table eu raison de la magnificence même de
la collection. Les conservateurs du Louvre
ont tiré le plus heureux parti de ces circons-
tances en donnant aux nouvelles salles l’as-
pect d’une galerie particulière. Les ensem-
bles décoratifs, les mobiliers. les objets de
la Renaissance et de l’Extrême Orient, les
belles estampes japonaises et les peintures
de l’école impressionniste se trouvent har-
monieusement disposés de manière â garder
partout le caractère d’intimité.

Les conservateurs du Louvre ont fait mieux
-encore. Après avoir exposé la collection dans
le cadre qui leur a paru le plus convenable,
et selon une méthode qui répond à la fois
aux vœux du légataire et aux nécessités d'un
musée, ils ont voulu qu’au moment de l’ou-
verture de ces nouvelles salles le public pût
être à même de consulter un catalogue. Us
ont mis leur point d’honneur à achever ce
précieux petit livre, et à permettre aux visi-
teurs d’avoir ainsi l’intelligence complète du
spectacle si varié et si brillant placé sous

leurs yeux. Le catalogue, tout sommaire qu’il
est, n’est pas seulement le guide qui donne
des noms et des dates précis; il indique les
expositions et les ventes où ont figuré les
œuvres impressionnistes, avec une exactitude
quia demandé des recherches minutieuses;
pour l’art français de la fin du dix-neuvième
siècle il est déjà un commencement d'histoire.

La collection méritait une étude plus com-
plète, non seulement à cause de la valeur
même des ouvrages qu’elle a fait entrer au
Louvre, mais à cause de leur nature. Avec les
peintures de la collection Camondo, c’est
l’impressionnisme qui prend place parmi les
œuvres du musée dont la série forme l’image
du passé. Qu’il nous soit permis de rappeler
que la Gaietle des Beaux-A vis a eu la pensée
de consacrer un ouvrage à l’étude de la nou-
velle collection. Et ce sont les conservateurs du
Louvre qui ici encore ont montré à la fois l’in-
térêt qu’ils prenaient à cette nouvelle parure
du Louvre et la connaissance qu’ils en avaient
en rédigeant le texte des différents chapitres.
Grâce à eux se trouvent reproduits, analysés
et appréciés les éléments divers qui compo-
sent le magnifique ensemble dont notre grand
musée vient de s’enrichir. Ainsi la collection
se trouve à la fois installée et étudiée : elle
entre en même temps dans la vie régulière
du Louvre et dans l’histoire de l’art.

NOUVELLES

*** Par décret du président de la Répu-
blique en date du 27 mai, rendu sur la pro-
position du minitre du Commerce, sont nom-
mes ou promus dans l’ordre nafional de la
Légion d’honneur à l’occasion de l’Exposition
univer-elle et internationale de Gand :

Au grade d’officier : MM. Resdel (Engène-
Charles-Alherti, architecte à Paris; Falcou
(Raphaël-François), directeur des Beaux Arts
et des musées de la Ville de Paris ; Friesé
loading ...