La chronique des arts et de la curiosité — 1914(1916)

Page: 113
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1914_1916/0173
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N" 15. — 1914.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6')

11 Avril.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT tK SAMEDI MATIN

Le s abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. . . . 10 fr. Il Étranger (Etats faisant partie d«i

Départements. 12 fr. || l’Union postale). 15 fir.

X-i© Numéro O fr. 25

PROPOS DU JOUR

vant de disparaître, la Chambre a
voté deux lois relatives à la con-
servation des monuments. Ces
lois, qui viennent compléter la lé-
gislation sur les monuments historiques du 31
décembre 1913(1), pourront rendre de grands
services. Elles ont, en effet, pour objet de
fournir des ressources pour protéger non
seulement des monuments classés, mais aussi
des monuments ayant un intérêt artistique
et historique et qui ne bénéficient pas des
avantages du classement.

La première de ces lois décide la création
d'une caisse des monuments historiques, et
se propose ainsi de fournir à ce département
de l’Administration des Beaux-Arts les res-
sources nécessaires. La caisse nouvelle est
destinée à assurer la conservation ou l’acqui-
sition des immeubles classés ; elle prévoit les
subventions de l’Etat, des départements, des
communes ; elle prévoit des allocations, des
dons et des legs. On peut faire remarquer à
ce sujet qu’il existe déjà un budget des mo-
numents historiques. Même s’il est enrichi et
■complété par la caisse nouvelle, l’important
■demeure que les architectes des Beaux-Arts
en fassent un judicieux usage.

La seconde loi est plus importante et plus
nouvelle : elle crée un office des monuments
■qui ont un caractère historique et esthétique,
•mais qui ne sont pas protégés par les lois de
1887 et de 1913. Cet office aussi aura sa caisse,
alimentée par des dons, des legs, des sous-
criptions. L’innovation est heureuse en ce
sens qu’elle vise des monuments qui méritent
•d’etre conservés; elle rendra des services à
nos provinces, où tant d’édifices ont un inté-

rêt régional et pourraient être entretenus sous
la surveillance de l’Etat. Elle permettra en
particulier aux Sociétés et à tous les sous-
cripteurs de sauver beaucoup d’églises en
danger, et en l’absence d’une mesure plus gé-
nérale et plus utile encore, elle donnera un
moyen pratique d’entretenir et de réparer les
édifices religieux.

Mais ces lois ne vaudront, est-il besoin de
le dire ? que dans la mesure où le public
s’intéressera à elles et voudra les faire pas-
ser dans les moeurs. Elles font appel à son
concours ; elles en ont besoin; elles l’orga-
nisent. Si sur certains points il y a lieu de
réclamer des améliorations à ces textes, le
public pourra les demander et les obtenir.
Mais c’est à lui de dire si ces lois, telles
qu’elles sont conçues, sont applicables et
efficaces.

NOUVELLES

*** Dans sa séance du 2 avril, comme on
vient de le voir, la Chambre des députés
a voté deux lois ayant pour objet de fournir
des ressources en vue de la sauvegarde des
édifices et monuments, classés ou non, ayant
un intérêt artistique ou régional. Nous en
publierons le texte lorsqu’elles seront pro-
mulguées.

*** A l’Ecole du Louvre, M. Marquet de
Vasselot, conservateur-adjoint au musée du
Louvre, fera après Pâques, quelques confé-
rences sur les Arts du métal, le lundi, à
2 heures i/2, dans les salles du musée. La
première leçon aura lieu le lundi 20 avril.

*** Dans sa dernière séance, le Conseil des
Musées nationaux a adopté un projet relatif à
la réorganisation des ateliers de moulage et
de chalcographie du Louvre. Le Conseil, dé-
sireux de développer la production de ces
ateliers, a voté en leur faveur une augmenta-
tion de crédit de 20.000francs, qui sera four-

(1) V. Chronique des Arts du 10 janvier, p. 10.
loading ...