Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 21.1866

Page: 195
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_2/0205
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BULLETIN MENSUEL

JUIN ET JUILLET 1666

LE MUSÉE DES DESSINS AU LOUTRE.

armi les nombreuses collections dont le Louvre conserve le dépôt, il
n’en est pas de plus célèbre et de moins connue que la collection des
dessins de maîtres. Tous les musées de l’Europe, autant dire tous les
musées du monde, nous l’envient. La plupart ont suivi l’exemple donné
depuis longtemps par le Louvre en exposant à l’admiration et à l’étude des colleclions
du même genre. Nous avons décrit ici même celle que possède la galerie des Uffizii de
Florence. L’école italienne s’y trouve représentée par des morceaux d’un prix inesti-
mable. L’Académie de Venise n’est pas moins riche en dessins des maîtres indigènes.
Mais le Louvre garde sa supériorité, due non-seulement à l’abondance de ses trésors,
mais surtout à leur variété et à leur valeur esthétique.

Pour apprécier en connaissance de cause le musée des dessins du Louvre, il man-
quait un bon catalogue. On l’attendait, ce catalogue, on le désirait, on l’appelait
comme un guide nécessaire. Enfin, il est paru, en partie du moins. Mais, si la nouvelle
notice ne décrit que les dessins des écoles d’Italie et des écoles allemande, flamande
et hollandaise, l’auteur, M. Frédéric Reiset, y a joint une introduction et des tables qui
permettent de se rendre un compte exact de la collection tout èntière.

Trente-cinq mille cinq cent quarante-quatre, tel est le chiffre officiel, tel est le total
de l’inventaire du musée des dessins. Cet effectif, presque égal à celui d’un corps

d’armée, se décompose ainsi qu’il suit :

Écoles d’Italie. 18,203

École française. 11,738

Écoles du Nord. 3,025

Écoles espagnole, anglaise et écoles indéterminées.. . 296

Inde et Chine. 91

Émaux et peintures sur porcelaine. 191

33,544

Comment tant de chiffons de papier sont-ils entrés dans le domaine de l’État, c’est
ce que nous raconte l’introduction du catalogue. M. Reiset y passe en revue les diverses
phases traversées par le Musée des dessins depuis sa création en 1671 jusqu’à l’époque
actuelle. II nous fait assister à toutes les péripéties de l’affaire Jabach, qui apporta d’un
seul coup au roi, pour la somme de 140,000 livres, un contingent de 5,542 dessins. En
lisant les détails de cette affaire, en voyant le marchandage effronté que dut subir l’in-
loading ...