Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 21.1866

Page: 297
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_2/0309
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
la réalité, de l’ombre et de la lumière, — les deux extrémités de l’art
et de la vie.

Si vous passez près d’un puits, il faut que vous y descendiez pour
voir ce qu’il y a au fond. Et vous y trouvez des Violons de faïence, quel-
que rareté ou quelque vérité.

Vous aimez les points d’interrogation, pour en faire des points d’ex-
clamation et d’admiration.

Puisque vous avez ressuscité trois hommes à demi morts, les frères
Lenain, vous vous intéresserez à un original qui était tombé dans l’oubli,
et que j’essaye de ramener au jour. Réparation d’une injustice que l’igno-
rance a souvent commise dans l’histoire de notre chère école hollandaise.

Van der Meer n’était pas mort, et ce qu’il avait créé était toujours là,
mais de ses œuvres resplendissantes on avait effacé son nom. Van der
Meer avait disparu derrière Pieter de Hooch, absolument comme
Hobbema derrière Ruisdael.

Maintenant, Hobbema a repris son individualité près de son ami et
compagnon Ruisdael. Il convient également de restituer van der Meer à

38

XXI.
loading ...