Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 21.1866

Page: 250
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_2/0261
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE CHRIST

BÉNISSANT LES ENFANTS
#

PAR REMBRANDT

(galerie suermondt, a aix-la-ciiatelle )


epuis la publication de notre-volume sur la
Galerie Suermondt, à Aix-la-Chapelle S cette
collection, déjà si riche, s’est augmentée d’un
grand nombre de peintures capitales : un van
Eyck et un Holbein, un Rubens exceptionnel,
le fameux Paulus Potter de la galerie Choi-
seul, plusieurs Ruisdael, Terburg, Theodor de
Iveyser, Adrien Rrouwer, van Dyck, Teniers, et
même un Watteau.

En 1860, M. Suermondt n’avait qu’un seul Rembrandt, le Rabbin de
la galerie Patureau, entouré, il est vrai, des disciples : Salomon Koninck,
Govert Flinck, van den Eeckhout, Roghman, Fabritius, de Gelder, Pieter
de Ilooch et van der Meer de Delft. Aujourd’hui, M. Suermondt a six
Rembrandt, qui se trouvent échelonner chronologiquement presque toute
la carrière du peintre.

I. Le Saint Jérome agenouillé dans sa grotte (Smith, n° 128), gravé
par J. G. van Vliet (Glaussin, n° 13), en 1631, et peint probablement
en 1630, peut-être en 1629. Nous ne connaissons qu’un seul Rembrandt
daté 1630, la Tête de vieillard que j’ai signalée au musée de Gassel;
et d’avant 1630, nous ne connaissons que le Saint Paul de la galerie de

\. Paris, Ve J. Renouard, 1860. La Gazette en a rendu compte dans son numéro
de novembre 1860, t. VIII, p. 187.
loading ...