Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 50
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0056
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EUGÈNE FROMENTIN

PEINTRE ET ÉCRIVAIN

(cinquième article')

IV

Fromentin était à Venise lorsque lui parvint la
nouvelle de nos premiers désastres. II revint brusque-
ment à Paris prendre sa femme et sa fille et se retira
avec elles à Saint-Maurice, où il passa le temps de
la guerre, Dieu sait au milieu de quelles tristesses et
de quelles angoisses ! Fromentin adorait son pays, et
il ne se remit jamais entièrement d’une telle épreuve.

La cruelle période de 1870-71 met un temps d’ar-
rêt dans l’œuvre de Fromentin ; elle y marque une
nouvelle et dernière phase. Les voyages de Venise,
d’Égypte et de Hollande viennent balancer dans son
esprit et effacer un peu sur sa palette les souvenirs
de l’Afrique bien-aimée. Après un laps de trois ans, il
reparaît au Salon avec deux grandes vues de Venise :
le Grand Canal et le Môle.

Cet envoi reçut un accueil assez froid de la presse
et du public. C’était une erreur. Fromentin avait vu
Venise sous un éclairage un peu plombé et un peu
terne, et il avait eu la franchise de peindre ainsi la

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 2e période, t. XVII, p. 401. t. XVIII, p. 84,
t. XIX, p. 240 et t. XX, p. 281.
loading ...