Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 218
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0230
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DEUX NOUVEAUTÉS ARCHÉOLOGIQUES

DE LA CAMPANIE1

Jupiter qui, sous les surnoms d’Optimus Maximus et de Liber,
était dans le Capitole de Capoue le maître des dieux et le protec-
teur de la grandeur romaine, comme Jupiter Vesuvius le dieu su-
prême de toute la plaine campanienne, avait-il le même caractère
à titre de Jupiter Flagius (ce qui est peut-être Pelagius) dans le temple
du Fondo Patturelli? Y figurait-il comme l’époux de Jovia Damusa?
J’en doute fort. 11 y avait un rôle tout à fait secondaire et effacé, aucun
des ex-voto figurés n’offre l’image du roi de l'Olympe, et la plaque
de terre cuite elle-même, où est gravée la dédicace faite à ce Jupiter
local, porte en relief des symboles de la divinité femelle, la fleur et la
truie. Ceci s’accorde bien avec le caractère commun de toutes ces antiques
déesses pélasgiques et italiotes, génératrices et chthoniennes, à la classe
desquelles appartenait la Bona Dea. Elles sont de leur nature mères sans
être épouses, et, si des dieux mâles leur sont quelquefois associés, c’est
à titre d’enfants. Telle est la situation du Jupiter à la mamelle auprès de
laFortuna Primigenia dans le célèbre culte de Préneste, locusseptus reli-
giose, dit Cicéron2, propter Jovis pueri, qui lactens, cum Junone For-
tunae in gremio sedens, mammam appelais, castissime colilur a matri-
bus. Et je crois que la situation de Jupiter Flagius devait être identique
auprès de Jovia Damusa dans la religion de Capoue. 11 me semble même
que parmi les statues votives de tuf il faut faire deux classes : d’abord,
celles où la déesse tient un seul enfant, le petit Jupiter, ou deux, Jupiter

1 • Voir Gazelle des Beaux-Arts, 2° période, t. XXI, p. 105.

2. De divinalione, n, 41.
loading ...