Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 181
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0191
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES

DERNIÈRES OEUVRES DE WILLIAM UNGER1

a Gazelle des Beaux-Arts a toujours suivi avec la
plus vive et la plus constante attention les travaux du
graveur viennois William Unger; elle a toujours été
trop jalouse de son influence dans le domaine de la
gravure pour ne pas se préoccuper des efforts sérieux
de l’art étranger. M. Unger occupe une toute première
place, et, sans vouloir chercher des comparaisons dans
notre école, nous devons constater que bien peu d’aqua-
fortistes peuvent se présenter avec un bagage aussi riche, aussi
robuste, aussi varié que le sien. 11 y a quelques années, alors que
( M. Unger débutait, on aurait pu douter de ses destinées, si l’on
s’était fié au sourire sceptique de quelques-uns de nos jeunes artistes.
Aujourd’hui, M. Unger est un maître incontestable et incontesté : ses
preuves sont faites.

La Gazette a rendu compte déjà de la première partie du colossal et
magnifique recueil dont la publication a été entreprise par l’éditeur de
tant de somptueux ouvrages, M. W.-A. SijtholT, de Leyde. Cette pre-
mière partie comprenait sept livraisons. Celle qui a paru récemment et
dont nous rendons compte en contient un même nombre, mais elle est
peut-être plus importante et d’un intérêt plus divers. Le talent d’aqua-
fortiste de M. Unger, en pleine possession de lui-même, s’y montre dans
toute l’abondance de ses moyens d’interprétation, dans toute la sou-
plesse et la force de ses ressources.

Nous venons de dire que c’est un recueil. En effet, les volumes de

1. Les Œuvres de William Unger, eaux-fortes d’après les maîtres anciens et
modernes, commentées par M. C. Yosmacr (2e partie). Leyde, Sijthoff, 1879. 1 vol.
gr. in-folio de 70 planches, avec texte.
loading ...