Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 572
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0595
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BIBLIOGRAPHIE

Le Peintee Louis David (1748-1825); souvenirs et documents inédits, par
J.-L. David, son petit-ûls. Paris, chez Victor Havard, 1880 ; 1 vol. de
texte in-4° de 680 pages, et 1 vol. de planches. Prix: 50 francs.

Voici ce que nous di-
sions, dans les Nouvelles
Archives de l’art fran-
çais (année 1874-75), à
propos d’une série de let-
tres et de documents di-
vers que nous y avons
publiés et annotés, de
concert avecM. J.-J. Guif-
frey : « Tout ce qui touche
à David est d’autant plus
intéressant que le grand
artiste attend encore son
historien, et que la somme
de renseignements que
l’on trouve dans les. divers et nombreux écrits qui ont trait à sa vie et
à ses œuvres est assez maigre et puisée à la même source, c’est-à-dire
dans les deux volumes de Thomé et de Delécluze. » La lacune que nous
signalions alors est maintenant comblée, et de telle manière qu’il n’y
a plus à y revenir. M. Jules David, le petit-fils de l’auteur de l'Enlève-
ment des Sabines, a consacré une partie de sa vie à cette œuvre pieuse.
Patiemment il a réuni les documents, amassé les matériaux, recueilli
les témoignages qui pouvaient lui apporter une lumière nouvelle. Puis il
a mis de l’ordre dans l’immense butin et construit lentement, curieuse-
ment son édifice. Cn gros et grand volume in-quarto de près de sept
cents pages de texte, paru récemment, est la preuve de ses efforts.
Bien plus, M. Jules David, préoccupé du soin de donner à son œuvre une
forme ample et irréprochable, a été son propre éditeur, du moins il en
a supporté les frais matériels, il en a dirigé l’exécution et n’a rien voulu
omettre pour qu’elle fût selon sa pensée. Tirage, caractères, papier, for-
loading ...