Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 91
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0098
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A PROPOS D’UNE GRAVURE INCONNUE

DU XVe SIÈCLE

ous avons appelé l’attention du lecteur sur une nouvelle revue alle-
mande, Annuaire des collections d'art royales de Prusse1. Nous
avons indiqué la portée de cette publication, qui tiendra les amateurs
au courant de tous les événements survenus dans les musées prussiens :
gérance des collections, acquisitions nouvelles, rapports sur l’année
courante, etc. Chez nous, on avait tenté un modeste essai dans le môme
sens : un bulletin édilé par la direction des Beaux-Arts voulait, sans bruit ni préten-
tion, donner quelques renseignements périodiques sur nos expositions, sur nos musées
et leur administration. Malgré son innocence et sa vertu, et bien qu’il coûtât fort peu, ce
petit bulletin, sans tache et sans reproche, qui, mis en cause devant la commission du
budget de 1878, s’est éloquemment défendu sans autre appui que les pièces officielles
relatives à sa fondation, ce bulletin n’a pu trouver grâce devant les puissants du jour.
Il conviendrait cependant à une administration libérale d’encourager ou tout au moins
de tolérer de si utiles et si discrètes publications, et nous avons quelque raison de
croire que le ministère des Beaux-Arts, mieux renseigné, reconnaîtra l'importance
réelle d’un Annuaire analogue à celui de nos voisins.

Ceux-ci ont voulu faire de leur Jahrbuch une œuvre de luxe et d’érudition. La
parlio officielle est suivie, sous le titre A’Éludes et Recherches, d'une série de travaux
dont les éléments sont surtout puisés dans les musées mêmes, et qui sont dus aux meil-
leurs écrivains de l’Allemagne. C’est ainsi que la première livraison contient le com-
mencement d’une remarquable étude du Dr Lippmann sur les gravures non décrites
du xv° au xviie siècle, conservées au Cabinet des estampes de Berlin, dont la direction
lui est confiée. L’article de M. Lippmann est accompagné d’un très beau fac-similé
d une incomparable gravure italienne du xv° siècle. Cette pièce unique, que possédait
un amateur parisien, vient de prendre le chemin de Berlin, et ce n’est pas sans d’amers
regrets que nous l’avons vu enlever à notre Cabinet des estampes, malgré les efforts
de son savant et vigilant directeur. Encore faut-il se féliciter qu’au lieu d’aller s’enfouir
dans le cabinet d’un amateur jaloux, elle soit échue à une collection publique dont la
porte est ouverte à tout venant.

Nous présentons ici une reproduction réduite du fac-similé de Y Annuaire. On
comprendra que, faite sur une copie, infidèle elle-même en dépit de sa perfection, notre
reproduction n’évoque qu’un souvenir assez affaibli de celte admirable gravure. Avec

1. Voir la Chronique des Arts du 6 décembre 1879.
loading ...