Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 499
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0521
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
(deuxième article')

Bone Demi quelle foire aux tableaux que ce Salon de 1880 ! Même
dans l’exposition de 1848, où tout fut admis, jamais on n’en avait tant
vu. Avoir à parler de ces quatre mille peintures et de ces deux mille
dessins, cela vous donne envie de ne parler de rien, et d’aller au plus
proche, à Meudon ou à Saint-Cloud, reposer ses yeux sur la verdure renais-
sante. Quel cohue d’inutiles ! quelle tourbe de médiocres ! quel fouillis
d’insignifiants ! On en amis partout,dedans, dehors, sur les paliers, dans
les magasins, dans les escaliers, en long et en travers. Qu’avaient donc
pu faire les refusés pour mériter l’exclusion? Critiques mes frères, jurés
mes amis, où démêlerons-nous là-dedans les jeunes espérances de l’é-
cole? Décidément, le règlement a agi bien plus sagement qu’il n’y pen-
sait peut-être, car, s’il avisé à classer les artistes selon leur importance
acquise, il n’est pas à croire qu’il comptât sur ce débordement. Tou-
jours est-il que ses groupements se trouvent nous rendre un vrai ser-

1. Voir Gazelle des Beaux-Arts, 2° période, t. XXI, p. 393. — Dans la séance,
do la Chambre des députés du 18 mai, M. le sous-secrétaire d’État des beaux-arts
nous a fait l’honneur do citer à la tribune le premier article de notre étude sur le
Salon. Nous avons cru devoir, à cette occasion, adresser à M. le Directeur de la
Gazelle une lettre insérée dans le numéro du 22 mai de la Chronique des Arls.

PH. DE Cfl.
loading ...