Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 229
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0241
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
NOUVEAUX RENSEIGNEMENTS

SUR

MARC-ANTOINE RAYMONDI

LETTRE A M. GEORGES DUPLESSIS

Mon cher confrère,

Chaque fois qu’il vous arrive d’étu-
dier soigneusement l’œuvre d’un artiste
d’élite, quelle que soit la branche de
l’art qu’il ait cultivée, ne vous sentez-
vous pas pris du besoin de compléter
cette étude par la connaissance des actes
de la vie du personnage, par la recherche
de son portrait et par celle de quelque
spécimen de son écriture? La plupart du
temps, ces éléments supplémentaires de
critique font, il est vrai, défaut; aussi la
silhouette de l’homme se profile-t-elle imparfaitement derrière l’ar-
tiste, qui, lui-même, ne saurait, de cette façon, être suffisamment
apprécié. Beaucoup de maîtres ne sont connus que par leurs productions ;
d’autres, plus nombreux et plus mal partagés, sont pourvus de biogra-
phies absurdes ou mensongères, plus faites pour obscurcir la vérité que
pour jeter la lumière sur les origines et la véritable portée de leur talent,
sur leur existence publique et privée.

Parmi les artistes dans l’intimité desquels vous et moi aimerions à
pénétrer, brjlle au premier rang — n’est-il pas vrai? — Marc-Antoine
Baymondi, le graveur sans rival, en qui est passé un rayon de l’âme de
loading ...