Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 21.1880

Page: 122
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_1/0130
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
VELAZQUEZ

(quatrième article 1 )

ette même époque (de 1628 à 1629)
est marquée, pour Velâzquez, par sa
rencontre avec Rubens. En août 1628,
celui-ci arrivait à Madrid, et il allait
y séjourner neuf mois. Ce fut donc
très probablement sous ses yeux que
Velâzquez peignit ou dut tout au
moins mettre la dernière main à son
tableau des Borrachos.

Envoyé de l’infante Isabelle-Claire-
Eugénie, gouvernante des Pays-Bas,
Rubens, gentilhomme de sa chambre et membre de son conseil privé,
avait pour mission d’exposer et de faire prévaloir auprès du conseil
d’État, et plus particulièrement auprès du comte-duc d’Olivarès, les
vues personnelles de l’infante à l’endroit de certaines négociations alors
entamées avec la cour de Londres. Entreprises et conduites secrètement
par Rubens lui-même pendant ses précédents séjours à Londres et à
Bruxelles, ces négociations tendaient, dans son projet, à mettre fin à
l’interminable et ruineuse guerre que l’Espagne, avec ses provinces fla-
mandes, soutenait contre les Provinces-Unies de la Hollande, aidés par-
leur puissante alliée, l’Angleterre. On sait que, si le but que se proposait
Rubens ne put être complètement atteint, un traité de paix préparé par
son habile entremise n’en fut pas moins signé, au cours de l’année 1630,
entre Philippe IV et Charles Ier. 1

1. Voir Gazette des Beaux-arts, 2e période, t. XIX, p. 415, et t. XX, p. 229
et 41(5.
loading ...