Langlès, Louis Mathieu
Monuments anciens et modernes de l'Hindoustan décrits sous le double rapport archeologique et pittoresque: et précédés d'une notice géographique, d'une notice historique, et d'un discours sur la religion, la législation et les moeurs des Hindous (Band 1) — Paris, 1821

Page: 133
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/langles1821bd1/0182
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE L'IIINDOUSTAN. i33
N. E. de la rade de Balaçore jusqu'à la rivière de Sebenrika, qui forme la
ligne de démarcation entre l'Oriça et le Bengale et sur le bord méridional
de laquelle est bâtie la petite ville de Pipley, autrefois marché de tout le
pays (21 degrés 41 minutes de latitude). Les eaux de la rivière ayant balayé
une grande partie de la ville, les marchands ont transféré leurs magasins à
Balaçore. Les navigateurs reconnoissent Pipley par une Pagode à l'ouest et
par un bouquet de bois situé dans le voisinage.

Pour terminer la description de la Presqu'île, il ne nous reste qu'à visiter
l'intérieur, où se trouvent deux anciens soubahs de l'empire moghol ( le
Khandeych et le Bérâr) et les cinq ajoutés par Aureng-Zeyb, enlevés en
grande partie à ses successeurs par les Mahrattes, et qui sont presqu'en-
tièrement absorbés aujourd'hui dans les possessions angloises.

§ III. Le Beydjapour.

Le plus méridional de tous ces soubahs ou gouvernements est le Beydjapour,
dont j'ai déjà tracé l'étendue et les limites, et même décrit le littéral dans le
IIIe chapitre de cet ouvrage, pages 44 et 451- Les principaux districts sont
Bancapour, Anagoundy, Gondek, Goudjenderghor, Adony, Ghazypour,
Raïtchour, Pângol, Nourgol, Azym-nàgar, Rolàpour, Raïbâgh, Beydjapour,
Morteza-âbâd, Bancapour, Açad-nàgar, Bhosla, Ronken, dont j'ai donné la
description à l'article de la côte occidentale ( voyez ci-dessus pag. 75 et sui-
vantes), et Pounah. Les districts occidentaux sont montagneux, ceux du
côté de l'est offrent de vastes plaines arrosées par de grandes et nombreuses

(1) Suivant les registres de l'empire moghol,
le Beydjapour - Karnatic renfermoit 55 mahl
ou perganahs, et les districts qui en dépendoient
formoient 27 mahls. Les Serkârs ou cantons
de Bancapour, de Moudgol, de Raïtchour, con-
stituant la principale partie du Douâb, au sud
du Krichna, et le Malpourbah, étoient consi-
dérés comme appartenant au Beydjapour plutôt
qu'au Karnatic, ce qui prouve que les anciens
souverains du Beydjapour avoient autrefois con-
quis et possédé en toute propriété le territoire
situé au nord du Tomboudra, lequel a continué
de faire partie du Soubah de Beydjapour, tandis
que le pays situé au sud de la même rivière

i.

ayant été conquis plus tard , a été annexé aux
anciennes possessions mogholes dans le Karna-
tic. Au reste, le vague que l'on remarque dans
les registres de l'empire à l'article Beydjapour,
et sur lequel j'ai déjà insisté ci-dessus, p. 44 et 4^
provient, comme le remarque très judicieuse-
ment le célèbre et vénérable major Rennell, de
la prodigieuse inégalité territoriale et financière
des subdivisions; les unes sont des principau-
tés, les autres de petites municipalités. Rennell's
Memoir ofa map of the Peninsula of India,
exhibiting Us naturalandpoliticaldivisions^Xc.
1793, in-4°, section 11, pages 24 et 25. Voyez
aussi Forbes, Orient, memoirs, tom. I, p. 294.

34
loading ...