Langlès, Louis Mathieu
Monuments anciens et modernes de l'Hindoustan décrits sous le double rapport archeologique et pittoresque: et précédés d'une notice géographique, d'une notice historique, et d'un discours sur la religion, la législation et les moeurs des Hindous (Band 1) — Paris, 1821

Page: 75
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/langles1821bd1/0106
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE L'HINDOUSTAN. 75
moi, les Djarns antérieurs dans ces contrées aux Brahmanes qui les persé-
cutèrent et les supplantèrent comme ceux-là avoient aussi persécuté et sup-
planté les Bouddhistes, cite en faveur de leur antiquité trois inscriptions
conservées, la première dans un temple (Bosty) djaïn, elle date de 799 de

800

j. C. les deux autres dans des couvents (Matam) djaïns, de 80 \ et de 1 iq l

9

de j. C. ; toutes trois portent les noms de différents Radjahs de la petite
principauté de Soudha.

A deux lieues des ruines de Soudha-Poura, un peu plus vers Test, à l'ex-
trême frontière du Kânara, on trouve le petit village de Banawâci dont parle
Ptolémée (voy. ci-dessusp. 66et67), et qui renferme un célèbre temple nommé
Madouguéswara, dédié à Madoucanàtha, un des noms d'Isouara ou Siva.
Le Brahmane qui le desservoit, quand M. Buchanan visita ces cantons, étoit
un antiquaire très savant et très curieux, mais aussi très suspect de partia-
lité en faveur de sa nation. 11 prétendoit que, dans le premier âge ( Satya-
Youga ), cet endroit se nommoit Caoumodi, dans le deuxième ( Trêtâ-
Youga ) Djàinti ou Succès, et Beindivi dans le troisième ( Douâpar-Youga) ;
dans l'âge actuel (ou Kâly-Youga) son nom a été changé en celui de Vanavâci
en Samskrit et Banawâci en langue vulgaire, parcequ'il est situé dans une
forêt (yand). Au commencement de cet âge, Dherma, le plus jeune des cinq
fils de Pândou, y fixa sa résidence pendant quelque temps, et plusieurs princes
descendants de Trenetra-Cadoumba y tinrent leur cour.

Quoique situé dans le Ronken, le cap de Rhârvâr ou Rharouar et les
ruines de la ville de ce nom font partie de la division moderne du Rânara.
La baie peut avoir 1 milles anglois (une grande demi-lieue) de profondeur, et
le fort de Rhârvâr, ou plutôt de Sédâ-Siva, est situé sur le bord septen-
trional de l'embouchure de la rivière, qui est capable de recevoir des vais-
seaux de 3oo tonneaux.

6° Le Ronken.

La côte ne conserve pas le nom de Rânara beaucoup au-delà de Rhâr-
vâr, et le Ronken des voyageurs et des géographes européens commence à
partir du cap Ramas, ou plus correctement Râma. Cette division s'étend jus-
qu'à la rivière de Baçaïu, et même jusqu'à Daman, dans un espace de 80 lieues
loading ...