Langlès, Louis Mathieu
Monuments anciens et modernes de l'Hindoustan décrits sous le double rapport archeologique et pittoresque: et précédés d'une notice géographique, d'une notice historique, et d'un discours sur la religion, la législation et les moeurs des Hindous (Band 1) — Paris, 1821

Page: 148
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/langles1821bd1/0198
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i48

NOTICE GEOGRAPHIQUE

§ VIL Le Khandeych,

Que le rédacteur des lnstitutes d'Akbar nomme Dândess, comme je l'ai
déjà remarqué ci-dessus page 41 ? est une des plus belles provinces de l'Inde.
«Ses habitants, dit Aboul Fazel, tissent cette belle étoffe de coton nommée
baftah.» Ils sont presque tous Hindous, et on les évalue à deux millions
d'ames. Le pays a long-temps appartenu aux Malirattes, et il est couvert
d'innombrables forteresses, dont les maîtres vexoient les habitants, et en-
travoient la perception des impôts. Les Anglois ont réduit tous ces petits
tyrans. On ne compte dans le Khandeych que trois ou quatre villes d'une
certaine importance.

Bourhânpour, sur les bords N. O. du Tapty, à 3 ko'ss (deux lieues) d'Acyr
ou Aceyr (par 11 degrés 19 min. de latitude), étoit autrefois la capitale du
Khandeych; mais cette ville est prodigieusement déchue de son antique
splendeur. Elle doit son nom à une secte de Musulmans ismaélites, nommée
Bourhdh (au plurielBourhdn), dont elle est le chef-lieu. LeurMolâ ou grand-
prêtre y a établi sa résidence. Ces Musulmans hérétiques forment une nom-
breuse secte répandue dans tout le Dekhan, et qui fait un grand commerce.
On voit dans la ville et à l'extérieur, de nombreuses mosquées; la plus belle,
située dans le centre de la ville, au milieu d'une très grande place, est re-
marquable par l'immense hauteur de ses minârèhs, elle fut bâtie en 1400 de
l'ère vulgaire.

A peu de distance nord de cette ville est située la forteresse d'Acyr, sur un
rocher escarpé; elle peut avoir un koss (trois quarts de lieue) de circuit.
Cette forteresse importante fut enlevée aux Malirattes en i8o3 par les An-
glois, qui la leur rendirent au mois de décembre de la même année; elle est
sans doute tombée en ruines, comme presque toutes les possessions des
Mahrattes. Au pied de celte forteresse est un gros village, célèbre par l'ex-
quise bonté de ses raisins qui mûrissent au mois de mars.

La belle ville de Tchampéréh, aujourd'hui Tchopra (21 degrés 14 minutes
de latitude ), dont il est fait mention dans les lnstitutes d'Akbar, a beaucoup
perdu de son ancienne splendeur; mais les Hindous viennent toujours dans
son voisinage à un lieu de pèlerinage nommé Rdméswéra, et par corrup-
loading ...