Langlès, Louis Mathieu
Monuments anciens et modernes de l'Hindoustan décrits sous le double rapport archeologique et pittoresque: et précédés d'une notice géographique, d'une notice historique, et d'un discours sur la religion, la législation et les moeurs des Hindous (Band 1) — Paris, 1821

Page: 149
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/langles1821bd1/0199
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE L'HINDOTJSTAN. 149
tion Rdméçour, situé au confluent du Tapti et du Guérnéh ou Guerna,
comme le nomme M. Arrowsmith , qui a en effet indiqué Ramaissur en
caractères microscopiques sur sa carte de l'Inde (par 10 deg. 8 min. de latit.).

La dynastie féroukhyenne a fait pendant quelque temps sa résidence à
Thalny, dont la citadelle, quoique bâtie dans une plaine, est assez forte. Au
reste, la ville la plus importante de cette grande province est incontestable-
ment Goa, dont j'ai donné la description, avec celle du littoral de la même
province, ci-dessus pages 46 , 77 et suivantes. Le Khandeych forme la
limite septentrionale de la Presqu'ile ( du Deklian), vers la côte occidentale,
comme dans l'intérieur des terres.

§ VIII. Le Bérar.

Ce soubah se nommoit anciennement Derwâthet , Rëdwdroudyst et
Thethkondr; ses dimensions ont beaucoup varié, comme je l'ai indiqué
page 44- Aujourd'hui on comprend sous ce nom tout le pays situé depuis
Daulét-âbâd jusqu'à l'Oriça, et même le Gandouana, où est située la ville de
Nagpour, que l'on a mal-à-propos regardée comme la capitale du Bérâr.
«Dans ce canton l'eau,le climat, l'agriculture et l'industrie sont d'une égale
supériorité. Il s'y trouve un grand nombre de rivières, la principale est le
Gangâ-Goutémy, qu'on nomme aussi le Godavêrî. On a consacré le Gangâ
(le Ganges) de l'Hindoustân à Mahâdêva ; celui-ci à Gautama '. L'on raconte
à son sujet des fables fort extraordinaires, et on lui rend de nombreux
hommages. Il jaillit en bouillonnant de la montagne de Séhéyâ, auprès de
Ternyk; après avoir traversé l'Ahmed-nagar, il passe dans le Bérar, dans le
Talangàna, et lorsque Vénus paroît, on vient de très loin l'adorer. On rend
aussi un culte au Tabi et au Tapti. »a

Elitchpour, et plus correctement Eyltchpour(par 21 deg. 20 min. de latit.),
très ancienne ville du Dekhan, n'a pas cessé d'être regardée comme la capi-
tale du soubah de Bérâr, quoiqu'on ait essayé de lui substituer Nagpour, dont
nous allons bientôt parler (ci-après p. i5i-i53). C'étoit sous le règne d'Akbar

(1) Voyez sur ce dieu le tom. H, p. 61 et i36.
(1) Jyïni-Akbèry, folio 198, verso du ma-
nuscrit autographe, et tom. II, pag. 69 de la

i.

traduction angloise de M. Gladwin, édition de
Calcutta.

38
loading ...