La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Seite: 89
DOI Heft: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0099
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
N° 12. - 1909.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6')

20 Mars.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de D Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

ILe IST cméro O fr. 2 5

PROPOS DU JOUR

e musée du Luxembourg doit être
prochainement transféré dans les
anciens locaux du séminaire de
Saint-Sulpice.Ily abien longtemps
que son agrandissement était demandé. Mais
cette question, comme celle du déména-
gement des Colonies, était devenue depuis
quelques années traditionnelle, et elle aurait
eu, elle aussi, des chances de demeurer sans
réponse satisfaisante si les circonstances
n’avaient aidé les hommes. Tout le monde se
réjouira donc de voir notre galerie de pein-
ture moderne installée dans des conditions
favorables à sa présentation et à son déve-
loppement.

Que va devenir, après la nouvelle organi-
sation, l’ancien local du musée? Il y aurait
intérêt à lui assigner tout de suite un rôle
utile aux arts. Ce serait, nous semble-t-il,
rendre aujourd’hui un service au monde des
artistes que de destiner la galerie du Luxem-
bourg à être un asile d’expositions tempo-
raires. Par ses dimensions, par la distribu-
tion de la lumière, la division des salles, il
se prête tout naturellement à une utilisation
de ce genre ; il tiendrait dans la vie artisti-
que de Paris un emploi qui fait défaut.

On ne manque pas, certes, de petites gale-
ries particulières. Mais où sont les asiles pu-
blics des expositions un peu étendues? Le
Grand Palais est disputé par les chevaux, les
automobiles et les Salons de toutes les sai-
sons. Les serres du Cours-la-Reine viennent
de disparaître. La Galerie des Machines est
condamnée. Un Salon d’artistes qui a vingt-
cinq années de date est obligé d’emprunter
à la hâte au jardin des Tuileries la place où
lui succédera, l’été venu, l’annuèTe exposition

des chiens. Le musée du Luxembourg offri-
rait à tous décorateurs, architectes ou pein-
tres, une hospitalité qui aurait en outre le
mérite d’un décor charmant. On dira qu’il
est un peu loin et qu’il faut pour y atteindre,
traverser la Seine ; peut-être les arts n’ont-
ils rien à perdre à s’écarter un peu des ré-
gions mondaines et mouvementées, pour ve-
nir dans le quartier recueilli de la jeunesse et
des études.

NOUVELLES

*** Outre de nombreuses fondations chari-
tables, Coquelin cadet a disposé de quelques-
unes de ses œuvres d’art en faveur de plu-
sieurs musées : la Bibliothèque de Boulogne-
sur-Mer reçoit son buste par Falguière et un
de ses portraits par M. Friant; le Théâtre-
Français, son portrait à l’huile dans le rôle
de « l’intimé », par M. Friant, et une sta-
tuette en bronze de Monrose père ; les musées
nationaux, un autre portrait à l’huile par
M. Friant, son buste à cire perdue en « Sca-
pin », par M. Bourdelle, et cinq tableaux par
Cazin.

*** M. André Scheikévitch. fils de notre re-
gretté collaborateur, vient d’offrir au musée
de la Comédie-Française, le beau portrait de
Molière, par Mignard, que M. Scheikévitch
avait découvert en Russie et qu’il publia
autrefois dans la Gazelle des Beaux-Arts (1).

*** Le jury de peinture de la Société Na-
tionale des Beaux-Arts a commencé l'examen
des envois. Le bureau de cette commission
a été ainsi composé : MM. Mathey, président;
Lobre et Girardot, vice-présidents; Le Sida-
ner etHochard, secrétaires.

*** La semaine dernière a eu lieu, à la So-
ciété des Artistes français, le tirage au sort

| (1) Livraison de décembre 1892, p. 508.
loading ...