La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Page: 269
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0279
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N” 34. - 1909.

BUREAUX : 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6') 6 Novembre.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LE SAMEDI MATIN

Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l'abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 fr.

Le UST'u.naéro O fr. 25

PROPOS DU JOUR

es journaux anglais ont raconté, il
y a quelques jours, une aventure
édifiante à la fois pour le public
et pour les amateurs. Le directeur
d’un grand musée étranger avait acheté à
Londres pour une somme importante un buste
de cire attribué à Léonard. Un hasard a fait
découvrir peu de temps après que cette œu-
vre d’art était due à sculpteur anglais qui
travaillait au milieu du xixe siècle. La ques-
tion d’identité se trouve même établie avec
une rare précision par une photographie colo-
riée faite du vivant même de l’artiste. Et le
directeur du grand musée étranger a donc
acheté une pièce fausse.

L’histoire, sans être heureusement très cou-
rante, n’aurait rien qui retînt longtemps
l’attention si elle n’était arrivée à un savant
considérable et très autoritaire. Elle invite à
quelque modestie. La science la plus vaste et
la plus solidement établie peut ne pas igno-
rer qu’elle est faillible. C’est un art délicat
que de se servir des formules de certitude
dans des questions qui conservent, malgré
le perfectionnement des méthodes d’investi-
gation, quelque chose de conjectural. Les
études historiques et artistiques ont eu beau
faire en notre siècle des progrès remarqua-
bles : elles n’ont pu acquérir le caractère de
sciences proprement dites, et, usant de l’es-
prit critique, elles doivent toujours y demeu-
rer soumises.

Quant au public, qui ignore si aisément les
difficultés et les complexités de questions
dont il tranche, il trouvera dans l’aventure
du buste de Léonard une occasion de réflé-
chir. Les plus grands savants se trompent,
et c’est de quoi sans doute se moquer quand

ils ont trop de superbe. Mais c’est aussi une
raison de faire crédit aux autres et de ne pas
prononcer à la légère sur le cas d’hommes
apportant beaucoup de rigueur dans leurs re-
cherches, et que la plus exacte conscience ne
met pas à l’abri de cette faculté d’erreur qui
est peut-être la chose du monde la mieux
partagée.

-h-*—i-

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le 24 octobre, à Boulogne-sur-Mer, un
monument du général José de San Martin,
œuvre du sculpteur Allouard;

Le même jour, à Dijon, un monument du
poète Piron, œuvre du sculpteur Eugène-
Désiré Piron ;

Le même jour, à Lunéville, un monument
à la mémoire du poète Charles Guérin, œu-
vre du sculpteur IL Daillion et du céramiste
L. Lachenal ;

Le même jour, à Damvillers (Meuse), un
monument à la mémoire du professeur Lié-
geois, de la Faculté de Nancy.

Le 31 octobre, à Saint-Jean-d’Angély, un
monument à la mémoire du poète x\ndré
Lemoyne, œuvre des sculpteurs Poisson et
Peyronnet ;

Le même jour, à Avignon, un monument à
la mémoire du peintre Paul Saïn, œuvre du
sculpteur Charpentier et de l’architecte
Tourtet ;

Le même jour, à Podensac (Gironde), un
monument à la mémoire des entants du pays
morts pour la patrie.

Le 17 octobre avait été inauguré à Millau
(Aveyron) un monument à la mémoire du
poète rouergat Claude Peyrot.

*** On a inauguré le samedi 30 octobre, à
Paris, 3, rue Récamier, le nouvel hôtel de la
Ligue de l’enseignement, construit par 1 ar-
chitecte Charles Blondel.
loading ...