La chronique des arts et de la curiosité — 1909

Page: 205
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1909/0215
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
'N* 26. - 19Ô9. BUREAUX : ïo6, BOULEVaRD SAINT-GERMAIN (6e) 17 Juillet.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANT LI SAMEDI MATIN

Les abonnis à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de ls Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an

Paris, Seine et Seine-et-Oise. ... 10 fr. Étranger (Etats faisant partie de

Départements. 12 fr. l’Union postale). 15 £r.

T_i® tN"uméro : O fr. 25

PROPOS DU JOUR

oici une initiative qui mérite d’être
louée et d’être signalée à l’atten-
tion de tous ceux qui s’intéressent
à nos richesses d’art. Deux géné-

reux anonymes ont adressé à la Société des
Amis du Louvre deux dons de chacun dix
mille francs destinés à constituer un fonds de
réserve. Ils ont voulu ainsi donner un appré-
ciable commencement d’exécution à un projet
très important. Dans leur pensée, il s’agit de
fonder une caisse où la Société des Amis du
Louvre pourrait puiser dans les grandes
occasions, pour sauver quelque œuvre capi-
tale menacée de disparaître en Amérique ou
ailleurs.

On devine, sans qu’il soit besoin de gran-
des explications, tous les services que pour-
rait rendre cette caisse constituée par des
particuliers et gérée par les Amis du Louvre.

En maintes circonstances, on a vu les
musées nationaux dans l’impossibilité d’ac-
quérir, malgré le zèle des conservateurs, des
ouvrages précieux pour nos collections na-
tionales. Leur budget est, comme on sait,
fort modeste. Mais ce n’est pas tout. Quand
ils sont en situation d’acheter, les difficultés
ne sont pas terminées. Il leur faut encore le
consentement de l’Etat, et les affaires admi-
nistratives réclament des délais souvent peu
favorables à des acquisitions qui demandent
à être vite faites. Enfin il arrive que l’Etat
mette un veto inexplicable à des achats pour-
tant très heureux, et qu’il prive ainsi les
musées de pièces tout à fait précieuses.

C’est de l’initiative privée seule que, dans
ces conditions complexes, le salut peut venir.

Elle est capable de faire ce que l’Etat est
impuissant à réussir ; elle pourra même par-

fois peut-être réparer ses erreurs. On la voit
s’exercer avec puissance et bonheur en An-
gleterre où la National Art Collections Fourni
a su trouver trois millions pour acheter un
Velâzquez et un ITolbein près d’être enlevés
par des marchands américains. Il serait
excédent que cette initiative fût incitée chez
nous. Nulle société n’est mieux qualifiée
pour être l’instrument et la collaboratrice
des particuliers que celle des Amis du Louvre.
Mais la réussite d’un projet si important
pour l'avenir de nos collections ne dépend
pas d'elle seule : elle dépend de tous ceux
qui, n’attendant pas de l’Etat des miracles
continus et impossibles, sentent la néces-
sité de pouvoir à un moment donné faire un
effort pour sauver quelque belle œuvre. Deux
donateurs ont donné l’exemple : c’est au
public de le comprendre et de le suivre.

NOUVELLES

*** Ont été inaugurés pendant la dernière
quinzaine :

Le jeudi 8 juillet, dans les jardins de l’In-
fante, au Louvre, un monument à la mémoire
du peintre et sculpteur Gérôme, composé
d’un groupe en bronze de l’artiste, Les Gla-
diateurs, et de sa statue par M. Aimé Morot ;

Le dimanche 11 juillet, dans le square
de la Sorbonne, un monument à la mémoire
d’Octave Gréard, œuvre du sculpteur Cha-
plain et de l’architecte Nénot, membres de
l’Institut.

*** Par arrêté du ministre de l’Instruction
publique et des Beaux-Arts, en date du 8
juillet, est instituée auprès de l’administra-
tion des Beaux-Arts une commission ayant
pour mission de centraliser l’action des di-
vers services chargés de veiller au maintien
des perspectives monumentales de la ville de
Paris.
loading ...